Retour

Le maire de Baie-Trinité connaîtra sa peine en janvier

Le maire de Baie-Trinité, Denis Lejeune, qui a été reconnu coupable d'agression sexuelle en juillet dernier, connaîtra sa peine le 29 janvier.

Les représentations sur la peine se sont conclues lundi au palais de justice de Baie-Comeau.

Son avocat, Christian Maltais, demande une absolution conditionnelle ou inconditionnelle, une peine qu'il considère proportionnelle à la gravité des gestes posés. Les faits remontent à 2011 et concernent des attouchements sexuels sur une femme que le maire connaissait et qu'on ne peut identifier.

L'avocat de la défense affirme que la médiatisation de l'affaire a causé du tort à Denis Lejeune et à sa famille. Il rappelle aussi que son client devra quitter son poste de maire s'il écope d'une peine d'emprisonnement de 30 jours ou plus.

La défense a déjà porté en appel la décision du juge François Boisjoli. C'est au terme de ces nouvelles procédures que Denis Lejeune pourrait devenir inhabile à siéger au conseil municipal de Baie-Trinité. 

Le 13 octobre, la procureure aux poursuites criminelles et pénales, Maïka Rousseau, avait demandé une peine de prison de neuf mois, suivie d'une probation, en raison de facteurs qu'elle juge aggravants, dont la présence d'antécédents judiciaires du maire.

La procureure estime que si le juge accède à la demande de l'avocat de Denis Lejeune, une telle décision pourrait décourager les victimes d'agressions sexuelles qui souhaitent dénoncer leur agresseur. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine