Retour

Le maire de Gros-Mécatina critique le maire de Blanc-Sablon 

En Basse-Côte-Nord, le maire de Gros Mécatina, Randy Jones, désapprouve le maire de Blanc-Sablon, Armand Joncas, qui critique les investissements du gouvernement dans l'autoroute 85, au Bas-Saint-Laurent.

Armand Joncas, aussi préfet de la MRC du Golfe-du-Saint-Laurent, estime que Québec doit plutôt consacrer l'argent au prolongement de la route 138 en Basse-Côte-Nord, pour désenclaver plusieurs communautés de la région. 

« La route 85 ce n'est pas un bon investissement pour Québec et tandis que la route 138 en Basse-Côte-Nord pourrait être un meilleur investissement que transport Québec ferait dans ce sens », a-t-il déclaré.

Du même souffle, le maire Joncas critique aussi la décision de Québec de confier la réalisation de ces travaux à des chantiers-école.

« Faisons travailler nos gens qui sont déjà formés et si on a besoin d'autres personnes pour construire la route, l'éducation aux adultes s'occupera à former ce monde pour construite la route », a-t-il ajouté.

De son côté, Randy Jones soutient que la formule de chantier-école permettrait une meilleure participation des deux communautés innues de la Basse-Côte-Nord.

« Moi je travaille depuis les 3 dernières années avec le chef de Pakuashipi, Denis Mesténapeo, et eux autres veulent un chantier-école pour entraîner pour savoir justement comment travailler, puis de changer l'économie de la Basse-Côte lui est prêt à faire un chantier avec des Autochtones et non Autochtones », lui a répondu Randy Jones.

Il ajoute également que les propos du maire Joncas à propos du prolongement de la route 85 entre le nouveau Brunswick et Rivière-du-Loup ne reflètent pas l'opinion de la population de Gros Mécatina.

Plus d'articles

Commentaires