Retour

Le manque de transparence de Pétrolia dénoncé par la Fédération des journalistes

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) dénonce les refus répétés de Pétrolia de répondre aux questions des journalistes à propos de son projet d'exploration des hydrocarbures sur l'île d'Anticosti.

La FPJQ estime que le public a le droit d'être éclairé sur ces travaux puisqu'ils sont financés en majeure partie par les contribuables québécois.

« Le gouvernement du Québec s'est engagé à la plus grande transparence. La FPJQ estime que les entreprises qui transigent avec le gouvernement et celles dans lesquelles le trésor public investit sont tenues au même devoir », soulève la FPJQ dans une lettre adressée à la pétrolière.

La présidente de la FPJQ, Lise Millette, soutient que l'accès à l'information est un aspect fondamental de l'acceptabilité sociale du projet de Pétrolia. 

De son côté, Pétrolia reconnaît le travail des journalistes, mais elle ajoute que toute demande d'entrevue ou d'information doit recevoir l'aval de Ressources Québec, une filiale d'Investissement Québec, en raison des ententes qui régissent Hydrocarbures Anticosti.

La pétrolière soutient qu'elle reçoit beaucoup de demandes d'entrevue depuis que le premier ministre Philippe Couillard s'est dissocié en décembre du projet sur l'île d'Anticosti.

Plus d'articles

Commentaires