Retour

Le mauvais temps frappe de plein fouet les clubs de golf

Les terrains de golf de la région de Rimouski subissent les contrecoups du temps frais et pluvieux du mois de juin et de juillet.

Le club Val-Neigette a été particulièrement affecté par les caprices de Dame nature.

Le professionnel du club, Richard Plourde constate une diminution de plus de 25 % du nombre de parties jouées. Une dégringolade d'environ 1500 droits de jeu qui entraîne en cascade une baisse à peu près équivalente des ventes au restaurant et à la boutique du club.

« Ce sont des gens qui proviennent de l'extérieur. Ces gens-là lorsqu'ils viennent, ils consomment, et puis c'est des revenus pour nous qui sont vraiment importants », précise le pro.

Richard Plourde en a pourtant vu d'autres en 33 ans de carrière à Val-Neigette. Mais, cette saison la température est tout simplement décourageante selon lui.

Parlez-en à Josée Carrier et Daniel Hamel, deux mordus qui ont l'habitude de jouer entre 15 et 20 parties par année. Aujourd'hui, ils sont sur le terrain pour la deuxième fois seulement.

« L'été est difficile. Je n'ai pas de carte de saison cette année et je suis presque contente compte tenu de la mauvaise température qu'on a eue. On commence à peu près notre saison-là je vous dirais » explique Josée Carrier.

« C'est la même chose pour moi, la température, pas le choix faut faire avec. On s'organise, on la suit pour les sites et on s'ajuste en conséquence », renchérit Daniel Hamel.

Un mois de juin ordinaire aux Saules

Au club de golf Les Saules situé pratiquement au cœur de la ville de Rimouski, la situation est beaucoup moins catastrophique.

Le directeur général, Éric Saint-Pierre admet que le club a enregistré environ 10 % de moins de parties de jouées, mais le nombre de membres est resté le même.

Cette diminution de l'activité sur le terrain est attribuable selon lui au mauvais temps du mois de juin.

« En juillet, malgré certaines journées qui étaient moins intéressantes, le nombre de parties jouées est sensiblement comme celui de l'année dernière », se console Éric Saint-Pierre.

Reste à voir si le mois d'août sera plus bénéfique pour les mordus du golf. Pour l'instant, les météorologues d'Environnement Canada laissent bien peu d'espoir.

D'après les informations recueillies par Michaelle Ouellet

Plus d'articles

Commentaires