Retour

Le Metro de Carleton-sur-Mer s’associe à la banque alimentaire Bonavignon

Le marché Metro de Carleton-sur-Mer a mis en branle, il y a quelques semaines, un projet de récupération de la viande et des produits de boulangerie pour les redistribuer aux gens dans le besoin.

Un peu comme cela se fait à Montréal dans certains grands supermarchés associés à Moisson Montréal, l’entreprise récupère les produits invendus avant leur date d’expiration. « Ils sont encore de très, très bonne qualité », indique M. Viens. Ils sont alors congelés et remis à la ressource alimentaire Bonavignon de Maria.

Le centre les redistribue ensuite aux cuisines collectives, aux organismes communautaires ou aux familles défavorisées. Tous ces produits étaient auparavant composés ou expédiés au site d’enfouissement.

On essaie d’être un bon citoyen corporatif et de s’impliquer le plus possible dans la communauté.

Mathieu Viens, propriétaire du marché Métro de Carleton-sur-Mer

L’épicerie évalue maintenant la logistique pour effectuer un tri dans les fruits et les légumes « Il faut trouver le bon scénario, la bonne logistique pour que le produit reste de qualité. C’est un produit hautement périssable qui va nécessiter plus de cueillette hebdomadaire », explique M. Viens.

Ce sont des valeurs d’entreprise, celles de mon père, de mon grand-père qui étaient là avant moi. Le bien-être des gens nous tient à cœur.

Mathieu Viens, propriétaire du marché Métro de Carleton-sur-Mer

Appartenance communautaire

Ce n’est pas la seule initiative du genre dans la région, le marché IGA de Bonaventure participe aussi à un projet similaire. Toutefois, à Carleton, le propriétaire du commerce, Mathieu Viens, a fait de la générosité sa marque de commerce.

Déjà, le supermarché organisait à l’occasion des événements en magasin. Le supermarché a par exemple l’an dernier distribué des billets à ses clients pour un spectacle privé de Kevin Parent.

À la saison estivale, l’entreprise achète pour sa clientèle tous les billets d’une représentation du théâtre d’été. « On essaie de se démarquer, souligne M. Viens, de faire les choses différemment. C’est une publicité événementielle qui vient chercher le client, qui fait en sorte que le client développe un sentiment d’appartenance. On est à Carleton, une petite place, on veut bien s’occuper des citoyens parce qu’eux aussi nous le redonnent. »

Premier bilan de la Guignolée

Par ailleurs, la générosité a été, jeudi, l’affaire de tous avec la Grande Guignolée des médias. La cueillette se poursuit vendredi et jusqu’à dimanche dans plusieurs secteurs de la Gaspésie.

Selon un bilan provisoire réalisé juste avant le début de la soirée, 16 066 $ dollars avaient été amassés en Matanie. Les bénévoles poursuivaient leur travail sur le terrain afin d’atteindre l’objectif de 25 000 $. L’an dernier, le Centre d’action bénévole avait recueilli un peu plus de 25 000 $.

Le Centre d’action bénévole de la Matanie a reçu 525 demandes de paniers de Noël, soit 25 de plus que l’an dernier.

Dans la Vallée de la Matapédia, à Sayabec, 4655 $ ont été amassés.

En fin d’après-midi, dans tout le Québec, 217 500 $ et 2303 sacs d'épicerie avaient été comptabilisés, comparativement à 251 000 $ et 3347 sacs d'épiceries à la même heure, l’an dernier.

Les organismes continueront d’amasser les dons jusqu’à la veille de Noël.

Plus d'articles

Commentaires