Retour

Le myriophylle à épi, une nouvelle plante envahissante sur la Côte-Nord

Une nouvelle plante envahissante, le myriophylle à épi, se propage sur la Côte-Nord. Cette espèce est devenue l'ennemi des lacs au Québec puisqu'elle se répand rapidement et se multiplie quand elle est coupée par une hélice de bateau.

Un texte d'Evelyne Côté

L'Organisme de bassins versants de la Haute-Côte-Nord a observé la plante aux lacs Gobeil et Jérôme, situés dans les municipalités des Bergeronnes et de Sacré-Coeur.

Le myriophylle à épi est la bête noire des scientifiques. Il prend racine au fond des lacs et peut atteindre une hauteur jusqu'à 10 mètres pour former un tapis à la surface de l'eau.  

Le myriophylle à épi élimine les autres plantes indigènes et nuit aux espèces de poissons qui vivent dans les lacs.

Selon Nicolas Ferron, il aurait été introduit sur la Côte-Nord par un bateau qui aurait mal été nettoyé et mis à l'eau au lac Gobeil ou par un hydravion qui aurait transporté la plante sur l'un de ses flotteurs.

Aucune solution pour l'éliminer

Le biologiste Nicolas Ferron explique que plusieurs tentatives ont été faites ailleurs au Québec pour enrayer la plante aquatique.

Par exemple, des toiles de jute ont été déposées au fond des lacs pour faire mourir les plants. « Mais les résultats ne sont pas exceptionnels », déplore Nicolas Ferron.

Ce dernier précise qu'il faudrait une énorme quantité de toiles de jute pour couvrir la superficie d'un lac et éradiquer les colonies entières de myriophylle à épi.

L'Organisme de bassins versants de la Haute-Côte-Nord recommande de laver toute embarcation après avoir navigué sur un lac pour freiner la propagation du myriophylle à épi.

Plus d'articles

Commentaires