Retour

Le nettoyage de l’ancien dépotoir de Rivière-Saint-Jean traîne selon la mairesse

La municipalité de Rivière-Saint-Jean, en Minganie, critique la vitesse du gouvernement à nettoyer son ancien dépotoir. La mairesse, Josée Brunet, qui a sonné l'alarme il y a deux ans auprès du ministère des Ressources naturelles, déplore que le nettoyage n'ait toujours pas commencé aujourd'hui.

Un texte d'Alix Villeneuve

La mairesse Josée Brunet soutient que la bureaucratie du ministère des Ressources naturelles empêche le dossier de cheminer plus rapidement.

L’intervention du ministère devrait être plus rapide, estime la mairesse, notamment en raison de la fragilité du sol où sont les débris.

« Comme je leur dis tout le temps, on a une érosion très dévastatrice, qui est très rapide », explique Josée Brunet.

Les déchets enfouis dans les années 1970 sont emportés par le Saint-Laurent en raison de l'érosion des berges. Une étude a été réalisée par la firme Golder Associés qui indique que des huiles et du diesel peuvent avoir été enfouis dans le dépotoir.

« Difficile d’être plus rapide » juge le ministère

Pour sa part, le porte-parole du ministère des Ressources naturelles, Nicolas Bégin, affirme que le processus aurait difficilement pu être plus rapide. Il y aurait une série d’étapes nécessaires à suivre avant de procéder au nettoyage, affirme-t-il.

« En dépit que ce soit urgent ou non, l'idée c'est de le réhabiliter le site et ça c'est notre objectif et le travail se poursuit. […] Il faut être bien certain de la solution qu'on veut mettre de l'avant », explique le porte-parole.

Le ministère ne peut donner de date officielle pour le début du nettoyage, mais espère effectuer les travaux en 2018.

D'après les informations de Katy Larouche

Plus d'articles

Commentaires