Retour

Le parc éolien Nicolas-Riou crée des espoirs en Gaspésie

Avec le ralentissement ressenti dans l'industrie éolienne, les entreprises gaspésiennes s'activent plus que jamais pour profiter des retombées économiques du parc éolien Nicolas-Riou, qui sera installé au Bas-Saint-Laurent.

Un texte de Laurence Gallant

Le projet de parc Nicolas-Riou, qui consiste à ériger 65 éoliennes de 3,3 MW dans les MRC des Basques et de Rimouski-Neigette, a obtenu vendredi le feu vert du gouvernement Couillard.

Quatre cents emplois seront créés durant la construction du parc, et une dizaine pour assurer les opérations des éoliennes.

Pesca Environnement de Carleton-sur-mer, par exemple, a réalisé des études environnementales pour le projet des Basques.

Selon la fondatrice et présidente-directrice générale, Marjolaine Castonguay, Pesca doit agrandir son rayon d'action pour pouvoir maintenir ses activités dans le secteur éolien : 

« La réalisation des mandats dans l'industrie éolienne nous a permis de développer de nouveaux services qu'on a offerts également à nos autres marchés, on pense au marché municipal, au monde industriel. »

Du côté de l'entreprise Ohmega de Gaspé, on propose des systèmes d'automatisation des contrôles. Ohmega espère décrocher le contrat en sous-traitance pour le futur parc, mais elle tente aussi de se faire un nom à l'extérieur du Québec pour assurer sa pérennité.

« On pousse fort sur l'exportation. On est présentement en train de réaliser un projet en Colombie-Britannique, un autre en Alberta, des petits mandats en Ontario », explique le président-directeur général du Groupe Ohmega, Martin Boulay.

Martin Boulay souligne par contre que ce qui assure la pérénnité de l'entreprise, ce sont des mandats plus réguliers et récurrents :

D'après les informations de Brigitte Dubé.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine