Retour

Le photographe de Rimouski Raphaël Ouellet fait sa marque ici et à l'étranger

Le photographe de Rimouski Raphaël Ouellet a le vent dans les voiles. Après avoir remporté un important prix pour une photo de Justin Trudeau, l'un de ses courts métrages sera présenté à Cannes dans le cadre du Marché du film, en marge du prestigieux Festival.

Un texte de Guillaume Bouillon

Raphaël Ouellet a fait ses débuts comme photographe à Rimouski, pour le compte des journaux Le Progrès Écho et Le Rimouskois, il y a dix ans. Des personnes du milieu des médias montréalais sont ensuite tombées par hasard sur quelques-unes de ses oeuvres sur l'Internet.

Après quelques appels, le Rimouskois a pris la direction de la métropole pour y tenter sa chance comme photographe de presse. « En marge des médias, j'ai aussi commencé à faire de la photo commerciale et des portraits inusités. C'est comme ça que ma carrière a pris son envol », explique-t-il.

Urbania et de nombreux prix

Raphaël Ouellet fait de la pige pour le magazine culturel et artistique Urbania depuis quelques années déjà et son travail a été récompensé à maintes reprises. C'est toutefois en 2016 qu'il a reçu ses plus grands honneurs.

Le photographe a suivi Justin Trudeau pendant sa campagne électorale, alors que le futur premier ministre était encore loin dans les sondages. « Il faisait beaucoup de gaffes à l'époque et mon angle de travail était teinté d'humour », mentionne-t-il.

C'est ainsi que Raphaël Ouellet l'a croqué au vif, alors que le candidat libéral prenait place au centre d'un groupe de majorettes pour une photo souvenir. Ce cliché allait ensuite remporter le Grand Prix Photographie 2016 du Concours Lux, qui récompense les meilleures réalisations visuelles au Québec.

La présidente du jury des prix Lux, Barbara Jacques, a souligné l'importance de cette photo non seulement comme témoin de la nouvelle « Trudeaumanie » qui s'est opérée ici et à l'international, mais aussi de l'écho qu'elle fera à notre époque et de la signification qu'elle aura encore dans 10 ou même 20 ans.

Un court métrage à Cannes

Raphaël Ouellet réalise aussi de la fiction et des publicités depuis quelque temps. Et l'un de ses courts métrages fait partie des 37 oeuvres sélectionnées par Téléfilm Canada pour être présentées dans le cadre du Marché du Film de Cannes.

Le court métrage fut réalisé en collaboration avec la scénariste Sarah Pellerin. Intitulé Tout simplement, le film aborde les thèmes de la solitude, de la communication et du sentiment d'appartenance, vu par quatre personnages différents.

Raphaël Ouellet explique que c'est un bel honneur pour lui, mais aussi pour toute l'équipe qui a travaillé à la production du court métrage. 

« Je ne suis vraiment pas tout seul là-dedans. Je pense entre autres à Annick Blanc, une productrice extraordinaire sans qui le fim n'aurait même pas vu le jour. Elle est autant responsable et mérite tous les honneurs », souligne-t-il.

Sélection d'œuvres de Raphaël Ouellet

L'art du portrait

Un mot sur le « style » Raphaël Ouellet, en terminant. Le photographe explique qu'il essaie avant tout de démocratiser le plus possible le monde de la photographie artistique.

« J'essaie d'allier le monde artistique avec le monde commercial. De faire un bon mélange des deux. Je fais beaucoup de portrait éditorial et je vais donner une lecture que je fais de mon sujet. J'essaie de donner ma vision de cette personne-là », explique-t-il.

Deux des photos de Raphaël Ouellet ont été sélectionnées par la revue annuelle American Photography, qui récompense les meilleurs artistes visuels émergents, et ce, au niveau mondial.

Pour le photographe rimouskois, cette sélection est plus qu'un honneur. « De te retrouver aux côtés de tes idoles, c'est assez difficile à croire je dois admettre », termine-t-il, humblement.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine