Retour

Le PQ part en campagne contre le projet de Belledune

Le Parti québécois entame lundi une série de rencontres avec des élus et des citoyens du Québec pour discuter du transport de pétrole par train. Cette consultation se terminera le 31 août.

Les députés Martine Ouellet et Stéphane Bergeron, respectivement porte-parole de l'opposition en matière de transports et en matière d'affaires intergouvernementales canadiennes, s'intéresseront plus particulièrement au projet de Belledune.

Les députés du Bas-Saint-Laurent, Harold Lebel et Pascal Bérubé, seront également de cette délégation péquiste lors de son passage au Bas-Saint-Laurent et dans la vallée de la Matapédia.

« S'il voit le jour [le projet Belledune], 240 wagons-citernes, soit quelque 170 000 barils de pétrole, traverseraient chaque jour des municipalités telles que Longueuil, Mont-Saint-Hilaire, Saint-Hyacinthe, Drummondville, Lévis, Rivière-du-Loup, Rimouski, Mont-Joli et Amqui, ce qui ne serait pas sans apporter un risque d'accident important », a précisé Martine Ouellet.

Le Parti québécois dénonce l'inaction du gouvernement libéral en ce qui a trait à ce dossier.

« Dans ce dossier, le gouvernement du Québec reste les bras croisés. Si le Québec était souverain, les Québécoises et les Québécois auraient le dernier mot », a fait valoir Stéphane Bergeron.

Les parlementaires péquistes veulent aussi que les candidats et les fédéraux tendent « une oreille particulièrement attentive aux préoccupations et à la réalité des communautés qui sont très inquiètes des impacts potentiels », et ils espèrent « qu'ils les prendront en considération ».

Plus d'articles

Commentaires