Les crabiers du Québec et du Nouveau-Brunswick, qui pêchent dans le sud du golfe du Saint-Laurent, la plus importante zone de l'est du pays, obtiennent en ce moment d'excellents prix aux débarquements.

Le crustacé est plus rare sur les marchés mondiaux, mais la demande est toujours aussi forte sur les marchés d'exportation.

Les pêcheurs de crabe de l'Alaska ont entre autres subi une diminution de 40 % de leur quota. Cette baisse importante des captures, jumelée à un dollar canadien plus faible par rapport à la devise américaine, attise l'intérêt des acheteurs pour le crabe des neiges.

Selon l'exportateur Bill Sheehan, vice-président de Dégust-Mer, une usine de transformation basée à Sainte-Thérèse-de-Gaspé, il y a environ 10 % de moins de volume disponible sur le marché mondial. « Ç'a un effet positif sur les prix », commente-t-il.

Si bien que le crabe du golfe se paie actuellement 3,75 $ sur les quais, ce qui est près de 1 $ de plus qu'à la fin de la saison l'an dernier. Pour les pêcheurs, c'est le meilleur prix obtenu au cours des 10 dernières années.

Ce prix élevé vient notamment réduire la perte de quota de 16 % qu'ont encaissée les pêcheurs de la zone 12, au sud du golfe.

Si c'est une bonne chose pour les pêcheurs gaspésiens et du Nouveau-Brunswick, qui se partagent quelque 40 millions de livres, c'en est aussi une pour les transformateurs.

Environ 80 % du crabe pêché dans les eaux du golfe est vendu sur les marchés d'exportation.

Le marché est bon, confirme Bill Sheehan, qui suit attentivement l'évolution du dollar canadien.

Et sans surprise, cette bonne saison se traduit aussi par une légère hausse du prix payé par les consommateurs, qui varie selon les poissonneries. 

À voir l'engouement depuis le lancement de la saison à Pâques, les amateurs sont tout de même au rendez-vous.

D'après les informations de Martin Toulgoat

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine