Retour

Le protecteur du citoyen dépose 19 recommandations au CISSS de la Gaspésie

Le Protecteur du citoyen a formulé 19 recommandations mardi au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Gaspésie. Il soulève entre autres des lacunes dans la façon de laver des résidents dans certains centres d'hébergement. Si pour certains ces constatations sont inquiétantes, pour le Protecteur du citoyen, il ne s'agit pas d'un rapport alarmant.

Un texte de Jean-François Deschênes

L’enquête visait 10 établissements de soins de courte et de longue durée.

Le Protecteur du citoyen s’est arrêté entre autres au Centre d'hébergement Mgr-Ross de Gaspé.

Au cours de l'été dernier, des résidents « n'avaient pas reçu de bain avec immersion dans l'eau depuis plusieurs années ». Les soins étaient assurés au lit, et c'était une pratique courante. La situation a été corrigée en partie à la suite du passage des enquêteurs, à l'automne.

Le rapport souligne aussi que les résidents du Centre d’hébergement de New Carlisle sont réveillés à 5 h 30 pour recevoir leurs soins d’hygiène, soit pendant le quart de travail de nuit.

Le Protecteur du citoyen demande notamment que les résidents puissent avoir des « bains avec immersion dans l’eau, dans le respect de leurs préférences ». Il recommande aussi de respecter leur rythme de vie.

Il déplore également le manque d’aide aux infirmières débordées et demande à la direction de trouver une meilleure façon d'aider le personnel infirmier en cas de surcharge de travail.

La situation est dénoncée

« Je pense que c’est une tape sur les doigts », affirme le Syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes de l'Est du Québec (SIIIEQ), qui accueille avec soulagement ces recommandations.

La présidente, Micheline Barriault, dénonce depuis des années la situation. Elle dit être soulagée d’apprendre que le Protecteur a finalement étudié sa plainte.

Elle presse maintenant la direction de mettre en place des gestes concrets rapidement.

Il y a des situations qui sont clairement identifiées. Il y a des établissements qui sont identifiés, des secteurs d’activités sont identifiés dans le rapport. Non, c’est pas une tape dans le dos. Il faut rectifier les situations.

Micheline Barriault, présidente, Syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes de l'Est du Québec

Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, qualifie d'accablant le rapport du Protecteur du citoyen sur le CISSS de la Gaspésie.

Selon lui, la baisse de la qualité des soins en Gaspésie est le résultat de la réforme en santé du ministre Gaétan Barrette.

« C'est des personnes âgées qui sont abandonnées. C'est des personnes à l'urgence qui attendent d'une manière démesurée », dénonce-t-il.

Le Protecteur du citoyen

Au contraire du Syndicat, le directeur en santé et services sociaux au Protecteur du citoyen, Pascal Hardy, réagit modérément, car il ne constate aucune lacune majeure et ajoute ne pas craindre pour la sécurité des usagers. « On a eu l’assurance de l’établissement que nos 19 recommandations étaient acceptées et vont être mises en oeuvre », assure-t-il.

Ce n’est pas un rapport qui est alarmant. Il y a des pistes d’amélioration qui sont suggérées.

Pascal Hardy, directeur en santé et services sociaux au Protecteur du citoyen

Réaction du CISSS de la Gaspésie

La présidente-directrice générale du CISSS de la Gaspésie, Chantale Duguay, assure que les 19 recommandations seront respectées.

Elle accueille ces recommandations positivement.

Il vient nous dire : "Continuez, parce que les dossiers sur lesquels vous êtes en train de travailler, c'est exactement ceux-là." En plus, il nous donne un délai pour le faire.

Chantale Duguay, PDG, CISSS de la Gaspésie

La direction ne croit pas qu’il y aura une incidence sur le plan budgétaire du CISSS, sauf dans le cas de la formation.

« Ça nous amène notamment au niveau de la formation, d’en faire une priorité », indique la directrice.

Pour le directeur des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques, Michel Bond, il n'est toujours pas question d'engager plus de personnel infirmier comme le demande le Syndicat.

La réorganisation du travail aidera à répondre aux recommandations du Protecteur du citoyen.

« Ce n’est peut-être pas la seule solution ou la solution à faire parce qu’on doit analyser comment les équipes devraient travailler. Quelle est l’organisation de travail que les gens se donnent pour être en mesure de se donner une bonne prestation de services. »

Plus d'articles