Retour

Le réaménagement des quartiers scolaires suscite le mécontentement

Les modifications apportées lundi soir par le conseil des commissaires de la commission scolaire des Phares pour le découpage des quartiers scolaires ont créé beaucoup de mécontentement, lundi soir, lors de la réunion du conseil des commissaires.

D'après les informations d'Isabelle Damphousse

Le président de la commission scolaire des Phares, Gaston Rioux, a informé les parents des élèves de l'école des Bois-et-Marées de Sainte-Luce que l'établissement restera ouvert l'an prochain. Cependant, tous les élèves de Saint-Donat qui fréquentent l'école seront transférés à l'école Le Mistral de Mont-Joli en septembre.

De plus, les élèves de 3e, 4e et 5e secondaire de Sainte-Luce devront dorénavant s'inscrire à l'école Le Mistral au lieu de l'école Paul-Hubert à Rimouski.

Cette décision réduira significativement le nombre d'élèves à Sainte-Luce, puisque le quart des élèves qui la fréquentent proviennent de Saint-Donat. Bon nombre de parents ont été pris par surprise de cette décision et n'ont pas caché leur mécontentement :

On venait ici en pensant qu'on allait des réponses comme toujours, on n'a vraiment pas eu. On est vraiment content parce que l'école demeure mais on vient se faire handicaper de la population de Saint-Donat.

Sébastien Pouliot, parent et résident de Sainte-Luce

L'école de Sainte-Luce menacée?

De son côté, le maire de Sainte-Luce, Paul-Eugène Gagnon, croit que ce réaménagement représente le début de la fin pour l'école de Sainte-Luce :

« C'est très décevant, a-t-il dit, c'est une façon moins brusque de nous orienter vers la sortie. [...] On est pas caves quand même, on est capable de voir ce qui se passe. »

Le président de la commission scolaire défend toutefois la décision de son administration et a affirmé que l'école de Sainte-Luce n'était pas menacée par ces réaménagements.

Il n'est pas question de fermer l'école à Sainte-Luce, il n'y a aucun avantage financier à la commission scolaire à fermer l'école secondaire de Sainte-Luce, loin de là.

Gaston Rioux, président de la Commission scolaire des Phares

Les défenseurs de l'école de Sainte-Luce affirment que la Commission scolaire a été influencée par une pétition signée par 25 personnes de Saint-Donat demandant que les élèves de la municipalité soient rattachés au quartier scolaire de l'école Le Mistral. Ils déplorent le choix des commissaires, alors qu'une autre pétition regroupant plus de mille signatures avait été déposée pour demander le maintien de l'école de Sainte-Luce.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine