Sur la Côte-Nord, la communauté de Fermont a inauguré, samedi, son tout premier columbarium. La ville minière, fondée en 1974, n'avait jusqu'à aujourd'hui aucun cimetière ni lieu où entreposer les cendres des défunts.

L'idée d'aménager un columbarium dans la ville a germé lorsque deux Fermontois, employés d'ArcelorMittal, sont décédés au cours des dernières années. Comme plusieurs de leurs concitoyens, Daniel Nadreau et Luc Lemieux voulaient rester à Fermont pour l'éternité. 

La belle-fille de Daniel Nadreau, Valérie Laroche, est heureuse d'avoir pu exaucer les dernières volontés de son beau-père. Elle estime que l'installation du columbarium est un grand pas en avant pour la région.

Pour la conseillère municipale Cindy Vignola, il était important d'aménager un columbarium plutôt qu'un cimetière pour ne pas répéter l'erreur de la défunte ville de Gagnon, située à 170 kilomètres au sud de Fermont.

« Gagnon ayant fermé, le cimetière a été abandonné. Je ne souhaitais pas ça pour les résidents de Fermont, l'ayant vu de mes yeux, le cimetière », a-t-elle expliqué. C'est déplorable pour les familles qui ne peuvent pas se recueillir auprès de leurs défunts », a-t-elle ajouté.

Ainsi, si la ville minière devait fermer, les urnes pourraient être déplacées. Toutefois, les résidents préfèrent ne pas penser à cette fermeture pour l'instant, malgré les temps difficiles que connaît l'industrie du fer.

Selon Cindy Vignola, les témoignages des familles sont clairs: la communauté veut se développer et les familles veulent rester à Fermont. 

C'est la compagnie ArcelorMittal qui a versé les 22 000 $ nécessaires à la réalisation de ce projet.

D'après le reportage de Marlène Jospeh-Blais

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine