Retour

Le rock métal se renouvelle dans l’Est du Québec

Ce n’est un secret pour personne : le métal se situe aux antipodes de la musique populaire. Ses paroles souvent revendicatrices, ses voix plus agressives et son visuel provocateur en font un style très marginal. Il rejoint donc des fans moins nombreux, mais extrêmement enthousiastes, estime le Matanais Sébastien Ouellet, créateur de la page Facebook Gaspesian Metal.

Selon lui, il y aurait une quarantaine de groupes de métal au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie, qui rejoignent nombre d'inconditionnels, amateurs ou musiciens.

Le lancement de cette compilation est une initiative de Gaspesian Metal qui, depuis deux ans, s’est donné comme mission de faire connaître ce qui se produit dans l’Est du Québec par le biais d’une page Facebook.

Celle-ci est passée de 250 adeptes en 2015 à 800 cette année. Le Matanais Sébastien Ouellet est entouré de bénévoles passionnés. « Ils le font pour la cause », mentionne-t-il.

Sébastien Ouellet tente de faire revivre ce qu’il appelle les belles années du métal dans l’Est alors que les salles de spectacle étaient remplies.

Le métal connaît un déclin. Il n’y a pas eu de transfert de génération. Ces dernières années, les shows se donnaient plus dans les bars, ce qui a eu pour effet d’exclure les plus jeunes. Nos spectacles visent tous les âges.

Sébastien Ouellet, Gaspesian Metal

Selon lui, le métal est « fort » partout dans le monde, sauf qu’il n’est pas accepté socialement. En Europe, dit-il, il y a des festivals énormes avec 200 000 personnes.

Le passionné fait l’éloge du métal en tant que musique versatile qui peut se mélanger avec toutes sortes d’influences, permettant aux musiciens d’explorer et de faire évoluer la musique.

« L’exécution peut être très technique, fait-il valoir. Le métal a ses virtuoses, comme la musique classique! »

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards