Retour

Le sort de la cathédrale de Rimouski, entre les mains de l'archevêque

L'archevêque de Rimouski, Denis Grondin, devra choisir bientôt ce qu'il adviendra de la cathédrale.

Deux projets sont soumis à son analyse. Le premier, piloté par le comité Cathédrale 1862, vise à transformer le bâtiment pour accueillir le projet de regroupement d'organismes culturels de la Coop Paradis. Le second, celui du comité Cathédrale 2016, propose plutôt la réfection de l'édifice et le maintien de sa vocation religieuse.

Monseigneur Grondin rencontrait d'ailleurs lundi les représentants de ce dernier comité. Il a promis une réponse d'ici la fin du mois. Le président du comité, Jacques Landry, soutient que la discussion a été fructueuse et qu'elle a permis de démontrer le sérieux de la démarche. 

« Nous avions l'intention de commencer dès au mois de juillet les demandes de soumissions de façon à débuter dès l'automne, septembre, octobre, les travaux de façon à ce que l'on se retrouve à Noël avec une messe de minuit célébrée à l'intérieur de la cathédrale », précise Jacques Landry.

Certains membres du comité Cathédrale 2016 se sont d'ailleurs dits prêts à se porter garants pour un prêt de 2 M $ afin d'effectuer les réparations les plus urgentes à l'édifice. C'est le cas des gens d'affaires Marc Pigeon, de Construction Technipro, et  André Collin, de Structure GB, propriétaires de deux grandes entreprises de construction de Rimouski.

Les responsables du comité Cathédrale 2016 ont souligné qu'ils ne veulent pas d'affrontement avec le comité Cathédrale 1862, qu'ils souhaitent d'ailleurs rencontrer le plus tôt possible.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine