Retour

Le syndicat des professionnels de la santé part en guerre contre Optilab

L'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé (APTS) lance une offensive contre le projet de centralisation des laboratoires Optilab.

L'organisation syndicale a annoncé jeudi matin qu'elle prendra au cours des prochains jours des mesures juridiques « sans précédent » afin de défendre ses membres.

Optilab est une réforme qui vise à centraliser les analyses en laboratoire dans 11 hôpitaux à travers la province. Une grande partie des échantillons du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie seraient transportés et traités à l'hôpital de Rimouski.

Sur la Côte-Nord, le projet consiste à transférer au Saguenay l'analyse de la majorité des échantillons des établissements de santé de la Côte-Nord, ce qui suscite de plus en plus de mécontentement, selon l'APTS.

L'APTS estime que la convention collective oblige le ministre de la Santé à consulter le syndicat dans le cadre de tout projet de transformation ou de réorganisation du système, ce qu'il n'aurait pas fait.

« L'attitude du gouvernement est déplorable. On nous tient totalement exclus de ce projet-là. Tout se passe en catimini. On doit avoir un comité sur les impacts dès qu'il y a une réorganisation et de la transformation dans le réseau de la santé », affirme le porte-parole de l'APTS pour le Bas-Saint-Laurent, Sylvain Lirette.

L'organisation compte donc déposer des griefs en masse pour non-respect de la convention collective, déposer une plainte au Tribunal administratif du travail et poursuivre la contestation de la fusion des laboratoires.

Le ministre réplique

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette a eu cette réplique à l'offensive des syndicats.

« Le milieu syndical voudrait le statu quo. Et je le répète : Optilab est un exercice de qualité, de sécurité et d'économie dans un système de santé qui a besoin de tous ses sous », mentionne le ministre Barrette.

Avec les informations de Sébastien Desrosiers et de Pierre Roberge

Plus d'articles