Le temps des Fêtes n'est pas toujours synonyme de vacances, particulièrement pour la grande industrie. Sur la Côte-Nord, ArcelorMittal continue de produire et expédier du minerai de fer par bateau. Les immenses minéraliers et leurs équipages doivent donc rester à pied d'oeuvre.

Un texte de Louis Garneau, d'après le reportage de Katy Larouche

Les 22 membres d'équipage du Cape Baltic se préparent à célébrer l'arrivée de la nouvelle année en mer. Même à plusieurs milliers de kilomètres de leur famille, les marins philippins ont le coeur à la fête.

Ils ont décoré leur cabine avec les matériaux qu'ils avaient sous la main car ils comptent festoyer, comme à Noël. Un méchoui sous la tente a été improvisé sur le pont du navire, pour la cuisson d'un porcelet.

Ces marins originaires des Philippines vivent, pour la plupart, leur premier hiver québécois. En mer depuis septembre, ils attendaient avec impatience le moment où ils pourraient toucher à leur premiers flocons de neige.

Cependant, le mauvais temps amène également son lot de défis pour les marins et les travailleurs miniers autour du quai de Port-Cartier.

Le chargement des immenses navires devient particulièrement ardu par temps froid, car la neige rend l'opération plus difficile.

Ça forme des gros blocs de glace, ça peut rester coincé dans une chute et le matériel ne passe plus. On a donc un délai d'opération assez important.

Robert Perron, contremaître aux opérations, ArcelorMittal

Mais heureusement, le chargement des boulettes de fer dans la cale du Cape Baltic est complété sans encombre.

L'équipage est bientôt prêt à reprendre le large, en maintenant le cap sur le Japon, où les marins pourront enfin célébrer l'arrivée de 2017.

Pour ceux qui restent à terre, il s'agit d'une autre journée bien remplie. Beau temps, mauvais temps, ArcelorMittal charge au-delà d'un minéralier par jour, toute l'année.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine