Retour

Le thon rouge toujours bien présent dans les eaux du Québec

La saison de pêche au thon a pris fin la semaine dernière, en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine. Pêches et Océans Canada enregistre des captures similaires à celles de l'an dernier.

Un texte de Pierre Cotton

Au total, 53 pêcheurs détiennent un permis pour capturer le thon rouge: 27 sont en Gaspésie et 26 aux Îles-de-la-Madeleine. Cette année, le quota était légèrement plus élevé qu'en 2014. Il était fixé à 21 tonnes 430 kilos, comparativement à 21 tonnes 396 kilos l'an dernier.

Des thons moins lourds

Concrètement, ce quota représente 66 thons capturés, soit le même nombre que l'an dernier. Toutefois, 70 étiquettes avaient été allouées aux pêcheurs. Les quatre poissons qui n'ont pas été capturés seront transférés au quota de la saison 2016, affirme Pêches et Océans Canada. 

De plus, le poids moyen de cet énorme poisson est légèrement inférieur cette année. Il était de 296 kilos, comparativement à 318 kilos l'an dernier, lors des débarquements à quai au Québec. Mais il demeure que certains thons rouges affichaient 350 kilos sur la balance cette saison. 

Et si le roi de l'Atlantique semble « plus petit » cette année, les thons sont nombreux selon des observations scientifiques de la Commission internationale pour la conservation des thonidés. Des pêcheurs qui relevaient leur filet de hareng récemment en mer notent aussi ce phénomème:

Fini la pêche compétitive

Jusqu'en 2010, la pêche au thon était compétitive. Les pêcheurs n'avaient que quelques jours pour capturer le quota global, ce qui causait bien des frustrations et forçait parfois les pêcheurs à prendre la mer dans de mauvaises conditions. De plus, ils étaient à la merci du prix des marchés. 

Depuis 2011 cela a changé. Pêches et Océans Canada fournit des étiquettes aux pêcheurs, et détermine une période de pêche de 8 semaines. Elle était comprise entre le 20 août et le 15 septembre, cette année. La saison a même débuté deux semaines plus tôt que l'an dernier, à la demande des pêcheurs commerciaux, explique Mathieu Bergeron de Pêches et Océans Canada: 

 « C'est vraiment à la demande des représentants, pour voir si il n'y aurait pas une possibilité d'avoir un meilleur prix par rapport aux débarquements. Débuter la saison plus tôt que d'autres flottilles, quand on sait que le thon se trouve au niveau des marchés internationaux. Ils sont en compétition avec des flottilles de l'Île-du-Prince-Édouard et d'ailleurs au Canada »

Le prix payé aux pêcheurs pour les thons varie beaucoup, soit entre 4 et 10 dollars la livre. 80 % des thons capturés sont expédiés vers l'Asie.

Cette année, le contingent de capture de thon rouge a augmenté de 1750 tonnes à 2000 tonnes dans l'Atlantique Nord, du Mexique à l'Islande. Cela faisait 10 ans qu'il n'avait pas été revu à la hausse.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine