Retour

Le Tribunal rejette l'appel de Béton provincial

Le Tribunal administratif du Québec rejette l'appel de l'entreprise Béton provincial pour l'exploitation d'un dépôt de sable à l'ouest de Matane. Il s'agit d'une décision qui met en péril l'usine qui emploie 125 personnes, selon l'entreprise.

Un texte de Jean-François Deschênes avec la collaboration de Sébastien Desrosiers

Le Tribunal administratif du Québec donne raison à la Commission de protection du territoire agricole (CPTAQ) qui a refusé l'agrandissement du site pour, entre autres, ne pas nuire aux terres agricoles.

Béton provincial exploite le dépôt de sable Durette depuis près de 35 ans, une source d'approvisionnement de granulats qui entrent dans la composition du béton.

L'entreprise estime que si elle ne peut pas exploiter ce site, elle devra se rendre jusqu'à 200 kilomètres plus loin pour trouver la matière première, ce qui compromettrait la rentabilité des installations matanaises, juge la direction.

La CPTAQ et le Tribunal administratif sont plutôt d'avis qu'il existe d'autres sites à proximité, que l'entreprise devrait considérer.

Le directeur adjoint aux opérations chez Béton provincial, Philippe Tremblay, s'est dit surpris et extrêmement déçu de cette décision. Il a indiqué que l'entreprise veut contester la décision devant la Cour du Québec. Toutefois Béton provincial saura s'il peut en appeler, d'ici le 28 novembre.

Le maire de Matane, Jérôme Landry est également surpris de la décision et veut maintenir la pression, pour préserver ces emplois importants pour l'économie de la région.

« La décision du tribunal est vraiment décevante, surtout qu'on a de la misère à comprendre le traitement de ce dossier-là par rapport à d'autres dossiers qu'on voit dans le secteur de Montréal ou Québec où on envahit d'excellentes terres agricoles pour du développement domiciliaire. »

Le maire ajoute que l'entreprise promet de remettre le site en état après son exploitation.

Plus tôt cette année, des employés et des gens d'affaires avaient manifesté devant l'usine pour soutenir l'entreprise dans ses démarches juridiques. Plus de 600 personnes avaient aussi signé la pétition en guise d'appui.

Plus d'articles