Retour

Le vent, les côtes et les bris mécaniques : rien n'arrête le monocycliste

Pierre-Olivier Hudon a quitté Gaspé dimanche et tente de parcourir les 700 kilomètres qui séparent la ville de Québec de la pointe gaspésienne, en sept jours... à monocycle. Le jeune homme de la Mauricie, réussit à surmonter les obstacles qui se dressent devant lui.

Un texte de Jean-François Deschênes

Son monocycle est équipé d'un guidon, d'un frein et d'une roue plus grande qu'un monocycle normal pour affronter la distance de la route.

« Quand on descend une côte, ça empêche que les jambes forcent à ne pas vouloir aller trop vite. J'ai opté pour un siège qui est assez confortable, évidemment. Donc j'ai essayé de mettre autant de poids en avant qu'en arrière. »

Ce qu'il y a de plus difficile, jusqu'à présent, outre le vent et les côtes, ce sont les bris mécaniques.

Jusqu'à présent, Pierre-Olivier Hudon, a récolté prés de la moitié de son objectif de 1 750$. Car en plus du défi personnel, ce périple est aussi une façon d'amasser de l'argent pour acheter des bras robotisés pour des personnes handicapées.

Il sait que c'est peu pour acheter un bras spécialisé qui peut coûter jusqu'à 50 000 $, mais ça ne le décourage pas. « Y'a pas de p'tits dons » dit-il.

Il fait seul cette aventure. Il dort dans des auberges de jeunesse et au gré des rencontres.

Il remplit un journal de bord chaque jour que les gens peuvent consulter sur Facebook.

Dany Martel

Il a décidé de se lancer ce défi parce qu'il a été touché par l'histoire de Dany Martel, de Shawinigan, qui récoltait de l'argent pour un bras robotisé. L'homme l'a donc mis en contact avec le responsable de la fondation Le Pont vers l'autonomie qui récolte de l'argent pour aider les gens avec des problèmes de mobilité.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine