Retour

Les abus sexuels chez les hommes : un sujet tabou

Les abus sexuels chez les hommes demeurent un sujet tabou. L'organisme C-TA-C (Contre toutes agressions conjugales) aide des hommes à surmonter des difficultés en tous genres. Le quart des 350 hommes qui ont consulté l'an dernier a mentionné des épisodes d'abus sexuels.

D'après le reportage de Léa Beauchesne

Selon le directeur, André Boudreau, les hommes qui ont été victimes de violences sexuelles n'en parlent pas.

Selon André Boudreau, ce genre d'expérience se vit souvent avant le début de l'âge adulte.

« Dans le courant de l'âge adulte, il faut qu'il y ait une durée et ça va plus s'exercer dans la relation de couple, explique-t-il. Mais c'est souvent difficile de l'identifier comme un abus. »

« Pour les hommes, déjà de dire non, c'est complexe, ajoute M. Boudreau. Ce n'est pas une situation aussi claire pour les gars. Souvent, ça va prendre plusieurs années avant que les hommes commencent à identifier comme un malaise, l'impression qu'ils n'ont pas le choix de dire oui à l'aspect de la relation sexuelle. »

Un problème qui n'est reconnu que depuis 3 ans en Gaspésie

Ce n'est que depuis 2003 que le problème est reconnu et que des programmes gouvernementaux existent dans l'Est-du-Québec. En Gaspésie, ce n'est que depuis 3 ans.

La directrice par intérim du Centre d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) La Bôme-Gaspésie, Annick Bouchard-Beaulieu, indique qu'un projet pilote a été mis en place.

Selon plusieurs intervenants, les abus sexuels chez les hommes sont souvent banalisés. C'est donc difficile pour eux de s'exprimer sur le sujet.

« Comme homme, c'est difficile de s'imaginer déposer une plainte d'abus sexuel, constate André Boudreau de C-Ta-C. Par rapport à d'autres hommes, il y a comme une acceptation sociale, mais quand c'est par une femme, déjà eux-mêmes ont une difficulté à l'identifier comme ça et après, ils ont l'impression qu'ils ne seront pas crus, que ce ne sera pas reconnu. »

Selon Mireille Mailloux, intervenante responsable du CALACS du Bas-Saint-Laurent, il est important que les hommes sachent qu'ils ne sont pas seuls dans leur situation.

Le portrait de la violence sexuelle chez les hommes demeure flou. Très peu de recherches ont été menées sur la problématique.

Tous ces intervenants tiennent à ce que l'abus sexuel soit pris au sérieux, qu'il touche les hommes ou les femmes.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?