Retour

Les candidats dans René-Lévesque s’affrontent lors d’un premier débat

Cinq des six candidats à l'élection partielle dans la circonscription de René-Lévesque ont participé à un débat organisé et animé mardi par l'Association étudiante du Cégep de Baie-Comeau. Le candidat conservateur Éric Sirois s'est désisté, quant à lui, pour des raisons de santé.

La candidate libérale, Karine Otis, et le candidat du Parti québécois, Martin Ouellet, ont été la cible d'attaques de la part de leurs adversaires.

« Mme Otis ne va pas prendre les dossiers de Baie-Comeau et de la Haute-Côte-Nord et les porter à Québec. C'est le message de Québec qui va descendre et qui va être porté ici », avance le péquiste Martin Ouellet.

Ce dernier a lui-même été visé par le candidat caquiste, Dave Savard : « Il a de belles intentions, mais sa priorité, pensez-vous que ça va être l'éducation? Moi, je vous le dis, ça sera un référendum. »

L'éducation

Près de 80 étudiants du cégep ont assisté au débat. Le thème de l'éducation a suscité de nombreux échanges. Tous les candidats ont dénoncé les compressions du gouvernement libéral de Philippe Couillard.

Pour sa part, le candidat d'Option nationale, Yan Rivard, a lancé une flèche à cette dernière : « De la part de Mme Otis, qui se targue de dire que dans l'opposition, on ne pourra pas plus faire avancer les choses que si elle est élue. Est-ce que vous allez devenir ministre de l'Éducation? », a-t-il lancé. 

Le Plan Nord

La candidate libérale, Karine Otis, a réclamé une juste part du plan Nord pour la circonscription de René-Lévesque :
« L'heure n'est pas à la discussion, elle est à l'action. À l'action pour utiliser notre plein potentiel sur la Côte-Nord. On est un garde-manger pour le Québec. On à tout à offrir pour le Québec. »

« On n'en voit pas les retombées. Les ministres se succèdent pour faire des annonces qui sont démenties quelques jours après », dénonce la candidate de Québec solidaire, Claire Du Sablon.

Un deuxième débat, organisé par la CSN, aura lieu mercredi à 16 h 30.  

L'élection partielle se déroulera le 9 novembre. Le vote par anticipation de dimanche et lundi a attiré 1958 électeurs, ce qui représente près de 6 % de la population.

Plus d'articles

Commentaires