Retour

Les changements des critères de financement des musées nuisent au Manoir Le Boutillier

La révision des critères de financement du Programme d'aide au fonctionnement pour les institutions muséales a fait perdre le tiers du financement de Québec du Manoir Le Boutillier. Si des compressions de postes ne sont pas envisagées, la direction devra faire des choix pour combler ce manque à gagner.

Un texte de Jean-François Deschênes avec la collaboration de Sylvie Aubut

Cette perte s'élève à 30 000 $ sur un financement de Québec d'environ 90 000 $ chaque deux ans. Le budget total s'élève à un peu plus de 220 000 $ par an.

La directrice du Manoir Le Boutillier de L'Anse-au-Griffon, Johanne Murray, a été surprise de la révision des critères. Elle aurait aimé connaître les exigences pour adapter ses demandes d'aide financière.

La directrice croit qu'elle pourra combler les 30 000 $ de perte, en lançant une campagne de financement et en fusionnant des services avec quatre autres musées de la région. 

Toujours pas accès au programme

De son côté, le Centre d'interprétation du phoque aux Îles-de-la-Madeleine n'a toujours pas accès au programme. Son porte-parole, Robert St-Onge veut continuer à lutter pour obtenir une reconnaissance. « Puis on l'a dit au ministère de la Culture puis il faut continuer à faire valoir notre point. »

Pour lui, les critères pour l'accessibilité au financement ne sont pas adaptés à la réalité régionale.

Il ajoute que les besoins des musées québécois sont de plus en plus importants, et que le gouvernement n'a pas ajusté son enveloppe depuis de nombreuses années.

Plus d'articles