Retour

Les démarches pour l'accueil de Syriens à Rimouski vont bon train

Les démarches d'un groupe de Rimouskois se poursuivent pour parrainer une famille de huit Syriens qui ont réussi à fuir la Syrie pour se réfugier chez des proches au Liban. Une rencontre avec des membres de la parenté de cette famille a eu lieu aujourd'hui à Rimouski.

C'est une famille de quatre Syriens qui sont en visite chez nous ces jours-ci pour organiser la venue de leur famille dans la région. Ces Syriens vivent à Laval depuis plus de dix ans et ils ont voulu venir rencontrer les gens qui sont prêts à aider leur famille.

« Je suis très fier d'être Québécois d'origine syrienne parce que le Québec montre sa chaleur malgré... la neige! », lance Ghaiss Gharibet, sourire aux lèvres.

Cela fait quelques jours que Ghaiss Gharibet et Elada Bchara sont à Rimouski pour visiter la ville qui accueillera le reste de leur famille. Et ils sont maintenant rassurés. « On est vraiment attaché. Les gens sont chaleureux et le contact est très facile. Peut-être que le français nous empêche un peu, mais quand même, moi je me sens très à l'aise », affirme Elada Bchara.

Encore des inquiétudes

Bientôt, la mère d'Elada, sa soeur, son frère et leurs familles respectives devraient pouvoir quitter le Liban pour venir s'installer à Rimouski.

« Ils ont déjà reçu leur examen médical, il ne leur reste qu'un questionnaire au niveau du fédéral pour s'assurer qu'ils puissent venir au Canada », affirme Philippe Thibault, porte-parole des parrains rimouskois.

Cependant, un autre des frères d'Elada, ainsi que sa femme et son jeune garçon sont toujours en Syrie. Les contacts sont difficiles, et elle ignore quand ils pourront traverser la frontière.

« Je prie tous les jours pour qu'ils soient en paix, pour qu'il y ait pas de danger autour d'eux. Je me sens vraiment inquiétée pour eux, pour tout le monde », confie madame Bchara.

Pendant ce temps, en Syrie, le cessez-le-feu en vigueur depuis samedi tient la route tant bien que mal. Si tout va bien, cette autre famille pourrait aussi venir s'installer à Rimouski, ce qui porterait le nombre de réfugiés parrainés à Rimouski à 11.

D'après le reportage de Julie Tremblay

Plus d'articles

Commentaires