Retour

Les élus du Kamouraska veulent une loi pour protéger l'ITA de La Pocatière

Dans une lettre qu'ils ont fait parvenir, ils exigent que Québec adopte une loi pour redonner à l'ITA le pouvoir de remplir adéquatement son mandat et de former les agriculteurs de demain.

« On ne sent plus que l'ITA joue pleinement le rôle qu'il jouait dans le passé », affirme l'un des co-signataires, Yvon Soucy, qui est aussi préfet de la MRC de Kamouraska.

Selon le préfet Soucy, l'incertitude quant à l'avenir de l'institution n'est pas acceptable, d'autant plus que le rapport Pronovost, publié en avril 2016, recommandait déjà que l'ITA devienne une société d'état rattachée au ministère de l'Agriculture.

Après plusieurs démarches et une demande de rencontre avec le ministre de l'Agriculture, Pierre Paradis, qui sont restées lettre morte, les élus veulent connaître les intentions du gouvernement :

Je pense qu'il y a un consensus qui est unanime au Kamouraska: c'est que le statut-quo n'est plus une option et on veut assurer l'avenir de l'ITA.

Yvon Soucy, préfet de la MRC de Kamouraska

Yvon Soucy souligne que d'autres cégeps développent actuellement des programmes en agriculture, ce qui pourrait, à moyen terme, compromettre les activités de l'ITA.

Le maire de La Pocatière, Sylvain Hudon, et celui de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, Rosaire Ouellet, co-signent avec Yvon Soucy la lettre envoyée au premier ministre au nom des élus du Kamouraska.

Plus d'articles