Retour

Les faillites personnelles explosent sur la Côte-Nord

EXCLUSIF – Le nombre de faillites personnelles a augmenté de près 60 % sur la Côte-Nord depuis 2012 et le nombre d'hypothèques légales a aussi doublé en quatre ans à Sept-Îles.

Un texte d’Alix-Anne Turcotti

Selon des données de Développement économique Sept-Îles, dont Radio-Canada a obtenu copie, les faillites personnelles au sein de la population sont passées de 176 à 279 entre 2012 et 2016 sur la Côte-Nord. 

Selon des statistiques de Radar Immobilier, le nombre d’hypothèques légales à Sept-Îles a augmenté de 49 % en quatre ans, en passant de 17 à 25.

Ces faillites sont les conséquences du ralentissement des activités économiques, de la chute du prix du fer et des pertes d’emplois, selon l’analyse des différents acteurs économiques de la région.

Le directeur de la Chambre de commerce de Sept-Îles, Paul Lavoie, rappelle que près de 2000 emplois ont disparu à Sept-Îles depuis 2012.

Premier vice-président et conseiller en gestion de patrimoine à la Financière Banque Nationale, Serge Morin, estime que l’effervescence économique des années antérieures a suscité trop d’optimisme dans la population.

La survie des PME

Au même moment, nombreux sont les petits commerces qui ferment leurs portes à Sept-Îles . D'autres petites et moyennes entreprises ressentent directement les conséquences du ralentissement économique.

Serge Morin parle d’un effet boule de neige.

« On le dit souvent la grande industrie crée un emploi et on estime à deux emplois grosso modo indirects. Si on enlève un emploi dans la grande industrie et bien, il y a deux emplois indirects aussi dans l'économie qui vont être éliminés », explique-t-il. 

Prudence et créativité

Propriétaire d'une épicerie fine à Sept-Îles, Laurence Bérubé, se rappelle qu'elle a dû faire preuve de créativité pour passer à travers les périodes de ralentissement économique.

Paul Lavoie constate que les entreprises doivent trouver des solutions pour s'en sortir.

De son côté, Serge Morin estime qu’il est important pour les familles, dans la mesure du possible, de limiter leur endettement et de créer un fonds d’urgence.

La population de la Côte-Nord a diminué de 2,4 % en 2016, selon des données de l’Institut de la statistique du Québec.

Plus d'articles

Commentaires