Retour

Les Gaspésiens et des Madelinots un peu moins actifs que l'ensemble des Québécois

Selon l'Enquête québécoise sur la santé de la population, réalisée en 2014-2015, la santé des Gaspésiens et des Madelinots est légèrement moins bonne que celle de l'ensemble des Québécois.

Un texte de Brigitte Dubé

Globalement, ils souffrent un peu plus d'embonpoint ou d'obésité et pratiquent un peu moins d'activités physiques. Le seul domaine où les Gaspésiens se démarquent, c'est en santé mentale où celle-ci semble un peu meilleure.

Réalisée par l'Institut de la statistique du Québec, l'enquête sur la santé dresse un portrait de certains aspects de la santé des Québécois de 15 ans et plus. Les données ont été recueillies auprès de 45 760 personnes dans 17 régions sociosanitaires. 

La moitié des Gaspésiens et des Madelinots considèrent qu'ils sont en bonne santé (ou en mauvaise santé, selon le point de vue...). C'est un peu moins que la moyenne québécoise qui est de 56 %. 13 % des Gaspésiens estiment que leur santé est mauvaise contre 10 % dans l'ensemble du Québec.

Embonpoint et activité physique

61 % des Gaspésiens considèrent qu'ils souffrent d'embonpoint ou d'obésité. Ces chiffres tombent à 54 % pour l'ensemble du Québec. L'embonpoint est plus marqué chez les hommes.

Au chapitre de l'activité physique, les Gaspésiens sont moins actifs que l'ensemble des Québécois. 35 % se disent actifs comparativement à 41% pour le Québec.

La catégorie des 15-24 ans est la plus active. Globalement, plus les gens sont éduqués, plus ils sont actifs.

21 % des Gaspésiens interrogés consomment des boissons sucrées et énergisantes au moins une fois par jour. C'est légèrement plus que la moyenne québécoise qui est de 19 %. Globalement, cette consommation est plus forte chez les hommes.

54 % des Gaspésiens estiment que leur santé dentaire est très bonne. 12 % la perçoivent comme mauvaise, ce qui est semblable à la moyenne québécoise. 15 % des Gaspésiens n'ont plus aucune dent naturelle. C'est 5 % de plus que la moyenne québécoise.

Au chapitre de la santé mentale, 19 % des hommes gaspésiens et 30 % des femmes se situent au niveau élevé sur l'échelle de la détresse psychologique. On parle de 24 % chez les hommes québécois et de 33 % chez les femmes.

Les Gaspésiens sont légèrement plus nombreux à fumer la cigarette que l'ensemble des Québécois, soit 16 % comparé à 13 % au Québec.

17 % des Québécois consomment des drogues, surtout du cannabis alors que la moyenne est de 15 % en Gaspésie.

Plus d'articles