Retour

Les marchés publics de plus en plus populaires au Bas-Saint-Laurent

L'heure est au bilan des marchés publics du Bas-Saint-Laurent. Les petits marchés comme Sainte-Luce, Sainte-Flavie ou Trois-Pistoles ont connu des augmentations de 10 à 50 % des ventes selon les marchés par rapport à l'an dernier.

Un texte de Louis Lahaye Roy

« Ces marchés génèrent des revenus d'un peu plus de 100 000 $ par marché », Émilie Ringuet, coordonnatrice du marché public de Rimouski.

La coordonnatrice explique que les marchés ont été unanimes; la clientèle est fidèle au rendez-vous et ce peu importe les conditions météo. « C'est certain que les conditions ont un impact sur la rétention sur le site, mais les gens vont quand même faire leurs emplettes hebdomadaires. »

Rimouski pour terminer la saison 

Le dernier marché public de la saison se tient à Rimouski à l'occasion de l'Halloween. Malgré le froid, les commerçants semblent satisfaits du nombre de clients.

« L'achalandage est régulier et stable depuis qu'on fait le marché à Rimouski alors c'est intéressant », affirme Olivier Duplessy, chef pâtissier aux Pâtisseries et Gourmandises d'Olivier à La Pocatière.

Chantal Dufour, herboriste de ViV-Herbes à Lejeune, abonde dans le même sens. « Pour l'achalandage, je suis satisfaite, surtout pendant les mois d'été, même à l'automne c'est sûr que quand il fait froid c'est moins, mais je trouve que les gens sont braves. Ce que j'aime à Rimouski, c'est une super clientèle qui aime les produits du terroir et ça c'est motivant pour nous les artisans. »

Au marché de Rimouski, il demeure une certaine stabilité dans les ventes. « On a connu une forte progression depuis 2011 et on a atteint notre vitesse de croisière dans les deux dernières années et les ventes sont stables autour de 500 000 $ », explique Émilie Ringuet.

Une quarantaine de producteurs et transformateurs participaient au marché public de Rimouski cette année.

Plus d'articles

Commentaires