Retour

Les Métaux canadiens inc. préfèrent Baie-Comeau à Matane 

L'entreprise Les Métaux Canadiens opte pour Baie Comeau pour mener son étude de préfaisabilité pour transformer la silice extraite de Saint-Vianney, dans la Matapédia.

Un texte d'Evelyne Côté

Matane souhaitait être retenue par l'entreprise puisqu'elle est située à 30 kilomètres au nord de la carrière de silice et ce projet aurait pu donner une seconde vie à l'ancienne cartonnerie Rock Tenn.

Bécancour figurait aussi dans les choix potentiels de l'entreprise.

Le faible coût de raccordement au réseau électrique ainsi que la viabilité de l'approvisionnement ont fait pencher la balance pour Baie Comeau.

Le fait que Baie-Comeau soit situé sur le territoire du Plan Nord et qu'elle possède des infrastructures portuaires est un avantage important aux yeux de l'entreprise. 

Coût de l'étude

Innovation et Développement Manicouagan verse 340 000 $ à la société pour compléter son étude de préfaisabilité de son usine dans la zone industrialo-portuaire de Baie-Comeau, à laquelle l'entreprise ajoute 390 000 $.

Il s'agit de la première étape vers un investissement qui pourrait se chiffrer à 300 millions de dollars à Baie-Comeau.

Le projet d'usine de transformation pourrait créer 200 emplois directs lors de sa mise en opération.

Carrière de silice à Saint-Vianney

Les Métaux Canadiens a acquis le gisement Langis, situé à mi-chemin entre Matane et Amqui, en septembre 2013. Une vingtaine d'emplois seraient créés par son exploitation. 

L'entreprise souhaite produire 50 000 tonnes de ferrosilicium par année à Baie-Comeau qui seraient destinées essentiellement au marché américain.

Le ferrosilicium entre dans la composition d'alliages utilisés dans l'industrie automobile et dans la fabrication de silicone et de panneaux solaires.

Plus d'articles