Les microbrasseurs de l'Est du Québec sont inquiets en raison de la recommandation du rapport Godbout, qui suggère l'abolition de la réduction de la taxe spécifique sur l'alcool.

Cette mesure pourrait se traduire par une augmentation de 300 % des taxes payées par les microbrasseurs. La conséquence probable serait la fermeture d'entreprises, estiment-ils.

« C'est certain que ça vient mettre fin à toute capacité de croissance de l'entreprise. Donc, le développement, c'est quelque chose qu'ils vont devoir mettre de côté. Après ça, la rentabilité même en fonction des installations actuelles en est sérieusement affectée », précise Pierre-Antoine Morin, de la microbrasserie Saint-Pancrace de Baie-Comeau.

L'abandon de la réduction de taxes pourrait aussi se refléter sur le prix des bières. Le directeur général de l'Association des microbrasseries du Québec, Jean-Pierre Tremblay, affirme que c'est cette mesure fiscale très populaire qui a contribué à l'implantation des microbrasseries dans les régions.

Il rappelle que le Québec compte maintenant environ 160 microbrasseries, alors qu'elles étaient une dizaine en 2002.

Comme les CLD

« On se fait dire depuis des années dans les régions du Québec, prenez-vous en main, développez-vous, n'attendez pas que ça vienne de l'extérieur », plaide Jean-Pierre Boutin, de la microbrasserie La Fabrique de Matane.

« On se demande où il (le gouvernement) s'en va avec ça. On dirait qu'ils nous prennent pour des valises complètement. Vous parlez de développement régional, ça, n'a aucun bon sens, vous ne faites pas du développement, vous êtes en train de détruire les régions du Québec », s'insurge le microbrasseur.

Les microbrasseries sont bien déterminées à se battre pour éviter les fermetures d'entreprise en région.

« C'est clair qu'on va se battre pour que cette mesure-là ne soit pas mise en place, pour avoir la possibilité de bâtir un Québec fort, pis on sait qu'on ne peut pas avoir un Québec fort sans avoir des régions fortes à la base », estime Jean-Pierre Boutin.

Les membres de l'association des microbrasseries du Québec souhaitent déposer un mémoire sur les impacts d'un tel virage vers la fin du mois d'août.

D'après les informations recueillies par Élise Thivierge

Plus d'articles

Commentaires