Retour

Les montagnes de la réserve Matane pour la Traversée de la Gaspésie

Les participants à la Traversée de la Gaspésie (TDLG), rebaptisée Traversée du Saint-Laurent cette année, poursuivent leur parcours vers Montréal à bord du CTMA Vacancier, des Îles-de-la-Madeleine. Lundi et mardi, le bateau demeure accosté au quai de Matane et les 250 participants explorent la réserve faunique située dans l'arrière-pays.

Dimanche, les fondeurs ont parcouru près 26 km dans le parc Forillon.

La comédienne Isabel Richer, porte-parole de l'événement et participante de la première heure, mentionne que les skieurs et raquetteurs ont en commun d’aimer la nature et le plein air. « La TDLG n’est pas une compétition. Il y a des pros et des sportifs de fin de semaine », mentionne-t-elle.

Ce n’est tellement pas une course! L’orgueil est mis de côté si on décide de sauter une journée ou de se faire ramener en motoneige si on se sent fatigué.

Isabel Richer, participante à la TDLG

Des activités sont aussi proposées à ceux qui veulent prendre une journée de répit, comme des randonnées en traîneau à chiens et la pêche blanche.

La réserve faunique de Matane : une première

Isabel Richer se réjouit de pouvoir découvrir la région de Matane, qu’elle a traversée maintes fois sans s’y arrêter. Plus tard dans la semaine, elle effectuera sa première visite dans Charlevoix, dans le parc national des Grands-Jardins.

Pour elle, les déplacements sur le bateau, qui devient un hôtel flottant, représentent un avantage. « Tout est à proximité et on n’a pas à se déplacer. On est installés pour la semaine », dit-elle.

Venus de Montréal, mais aussi des États-Unis, d’Europe et même de Nouvelle-Zélande, les participants ont déboursé entre 1700 et 3000 dollars pour prendre part à l’aventure.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine