Retour

Les organismes communautaires de la Gaspésie invitent le CISSS à défier la loi 10

Le Regroupement des organismes communautaires de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et sa marionnette, Marie-Annette, ressortent déçue de l'assemblée du conseil d'administration du Centre intégré de santé et services sociaux de la Gaspésie, qui a eu lieu jeudi.

Le Regroupement des organismes communautaires de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine (ROCGÎM) a présenté ses doléances jeudi, devant le conseil d'administration du Centre intégré de santé et services sociaux (CISSS) de la Gaspésie, en utilisant une marionnette.

Le regroupement réitérait sa demande quant à la désobéissance dont devraient faire preuve les membres du conseil d’administration du CISSS face au gouvernement. Le ROCGÎM demande aux membres du conseil de faire preuve de délinquance face aux directives qu'il qualifie d'antidémocratique et centralisatrice du ministre de la Santé, Gaétan Barrette. Une demande qui avait été exposée lors du dernier conseil d’administration, le 8 novembre dernier.

Pour nous, les organismes communautaires, d’accepter ça, c’est très inquiétant. […] On sent une soumission [du conseil d’administration] aux consignes ministérielles.

Geneviève Giguère, coordonnatrice du ROCGÎM

En réponse au ROCGÎM, le président du conseil d’administration Richard Loiselle a tenu à préciser le nouveau rôle de son conseil depuis l’adoption du projet de loi 10, sur la réforme du réseau de la santé et des services sociaux. Selon la responsable des communications du CISSS de la Gaspésie, Geneviève Cloutier, le conseil d’administration n’est plus une tribune politique comme il pouvait l’être auparavant.

Les membres du CA sont nommés selon leur expertise afin de conseiller la direction du CISSS dans la gestion du système de santé. De plus, le rôle de représentation de la région auprès des ministres revient à la présidente-directrice générale, Chantale Duguay.

À ce titre, le ROCGÎM a demandé au CISSS d'interpeller le gouvernement pour faire valoir les besoins particuliers de la région, ce à quoi Chantale Duguay a répondu qu’elle présenterait la liste des priorités discutées avec le ministre lors du prochain conseil d’administration.

En terminant son intervention, Geneviève Giguère a demandé à la marionnette, Marie-Annette, ce qu’elle souhaitait pour Noël.

Pour 2017, on veut plus de financement et un conseil d’administration démocratique, quoiqu’en dise la loi 10.

Marie-Annette, marionnette du ROCGÎM

Geneviève Giguère confirme que le ROCGÎM se pésentera lors du prochain conseil d’administration du CISSS le mois prochain.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine