Le mouvement de grève communautaire se poursuit dans les différentes régions du Québec. Ce midi, une centaine de personnes se sont rassemblées à la Place des anciens combattants de Rimouski.

Des membres et des représentants d'organismes communautaires y ont dénoncé les mesures d'austérité du gouvernement Couillard et le sous-financement de leurs organismes.

Selon Émilie Saint-Pierre, coordonatrice de la Table régionale des organismes communautaires du Bas-Saint-laurent, les politiques d'autérité du gouvernement québécois ont un impact direct sur les organismes communautaires.

Par la suite, les personnes présentes ont marché jusqu'à la coop Paradis afin d'assister à la Commission populaire de l'action communautaire autonome qui se promène dans chaque région de la province. Plusieurs personnes y prendront la parole pour témoigner de leurs difficultés par rapport au sous-financement du gouvernement du Québec. L'ex-députée bloquiste Suzanne Tremblay sera sur place.

Plus 1200 groupes d'action communautaire du Québec, dont 54 au Bas-Saint-Laurent, sont en grève depuis hier afin de  protester contre la précarité de leur financement.

Harold Lebel donne son appui 

Le député de Rimouski et whip en chef de l'opposition officielle, Harold LeBel, donne son appui à la mobilisation des organismes communautaires qui se tient depuis deux jours. Il demande au gouvernement libéral de reconnaître le travail de ces organismes et d'en augmenter le financement.

Il repproche au gouvernement de Philippe Couillard d'avoir annuler la hausse du financement des organismes communautaires prévue par le Parti Québécois. Le Parti québécois a présenté une motion à l'Assemblée nationale pour dénoncer les impacts des mesures d'austérité sur les organismes communautaires.

Plus d'articles

Commentaires