Retour

Les orignaux se portent bien en Gaspésie malgré la présence de tiques

Le cheptel d'orignaux se porterait bien en Gaspésie malgré l'énorme pression de chasse qu'il subit et la présence de tiques. Ce parasite est présent chez la majorité des bêtes, selon des analyses du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

Un texte de Jean-François Deschênes avec la collaboration de Pierre Cotton

Des biologistes profitent d'ailleurs de la saison de chasse afin de prélever des échantillons sur les orignaux abattus et dresser l'état de la population.

En Gaspésie, le cheptel d'orignaux est évalué à 27 000 têtes. C'est presque autant que le nombre de permis de chasse vendus. Les chasseurs en récoltent 5000 chaque automne.

Les biologistes doivent s'assurer que le plan de gestion et les modalités de chasse ne nuisent pas à la stabilité du cheptel d'orignaux. Il est important pour eux de stabiliser le nombre de bêtes, qui est de dix orignaux par 10 kilomètres carrés en moyenne en Gaspésie.

« Nous autres, on considère que la santé de la population est très bonne », analyse le biologiste pour le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, Martin Dorais. 

Il constate que « les mâles adultes ont un âge moyen d'environ 3 ans ce qui est représentatif d'une population qui est fortement exploitée quand même, mais l'âge moyen des femelles est autour de 5 à 6 ans ce qui représente quand même un âge très intéressant donc les femelles ont le temps eu de mettre bas plusieurs fois. »

Menace de la tique

Toutefois, les orignaux font face à un autre ennemi, minuscule celui-là, la tique. En Gaspésie, 95 % des orignaux en sont porteurs selon le biologiste.

La tique est un parasite qui pompe de grandes quantités de sang et peut parfois décimer des populations d'orignaux à la fin de l'hiver.

Des études poussées devront être faites selon le biologiste. « Dans une prochaine étape, le ministère va se pencher sur la possibilité de faire un suivi sur différents orignaux qui seraient marqués pour connaître l'impact de la tique sur le taux de mortalité. »

Parce que cette chasse, importante dans la région, génère 25 millions de dollars par année dans l'Est du Québec.

Plus d'articles