Retour

Les pêcheurs mécontents des travaux effectués au quai de Sainte-Thérèse-de-Gaspé

Les travaux effectués à Sainte-Thérèse-de-Gaspé par Pêches et Océans Canada rendent le quai dangereux, jugent les utilisateurs et la municipalité.

Ils allèguent que l'embouchure du quai est difficile d'accès pour les pêcheurs lorsqu'il vente. Des pêcheurs sont parfois obligés d'effectuer leur débarquement à Grande-Rivière.

Amorcés en novembre 2015, les travaux de Pêches et Océans Canada doivent s'échelonner sur un an. Le ministère a décidé de retrancher 42 mètres au quai puis d'y ajouter des caissons flottants. Évalués à un peu plus de 6 millions de dollars, les travaux sont pourtant inadéquats, selon le maire Léo Lelièvre.

Il juge que le quai est trop petit et non sécuritaire. « Il y a moins de place pour amarrer les bateaux et l'entrée de la rivière n'est pas sécuritaire », estime-t-il.

Important pour l'économie de la MRC du Rocher-Percé

Le quai est un élément important de l'économie de la MRC du Rocher-Percé. Il accueille jusqu'à 70 bateaux de pêche qui débarquent en moyenne 42 millions de dollars de prises chaque année.

La préfète de la MRC du Rocher-Percé, Nadia Minassian, demande à Pêche et Océans de revoir son projet.

« On demande qu'il y ait une modification pour rendre le quai plus sécuritaire, donc que Pêches et Océans accepte celle que l'administration portuaire a proposée », ajoute la préfète.

Réponse de Pêches et Océans

Ottawa explique que les caissons jugés non sécuritaires par les pêcheurs, sont balisés de façon adéquate, mais ajoute que des analyses seront faites pour analyser les conditions de navigation.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque