Retour

Les producteurs de bois d'œuvre ne sont pas au bout de leurs peines

Les États-Unis vont annoncer mardi qu'ils imposent des droits compensateurs d'une moyenne de 20 % sur les exportations canadiennes de bois d'œuvre. Le directeur de Bois d'oeuvre Cédrico, Denis Bérubé, s'attend à ce qu'une autre taxe soit ajoutée à celle-ci au mois de juin, ce qui rendra encore plus difficile l'exportation de bois d'œuvre aux États-Unis.

Selon une entrevue réalisée à Bon Pied, Bonne heure!

Les Américains imposent ces droits compensateurs parce qu’ils considèrent que l’industrie canadienne est subventionnée illégalement.

Le lobby américain du bois d'œuvre soutient également que l'industrie canadienne s'adonne au dumping en vendant au sud de la frontière ses produits forestiers à des prix « inférieurs à leur juste valeur ».

Denis Bérubé avertit qu'une autre taxe pour dumping doit être connue autour du 23 juin. « Pour aujourd’hui elle peut être de 20 %, puis celle qui s’en vient peut être dans les 10, les 12, les 15, on ne le sait pas », dit-il.

Denis Bérubé ajoute qu’il devra appliquer une gestion « prudente » à l'usine de sciage de Causapscal pour traverser la tempête, mais il n'anticipe pas de pertes d'emploi.

Jusqu'à 70 % de la production de l'entreprise du Bas-Sant-Laurent est exportée aux États-Unis.

Lors du dernier conflit du bois d'œuvre, 15 000 travailleurs de l'industrie avaient été licenciés.

D'autres informations à venir

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine