Retour

Les Rimouskois d'accord pour convertir la cathédrale

77 % de la population rimouskoise est favorable à ce que la cathédrale Saint-Germain soit convertie en un lieu multiusage. C'est ce qui ressort du sondage mené par la firme Léger dans le cadre des consultations sur l'avenir de la cathédrale.

Un texte de Julie Tremblay

Le sondage, mené auprès de 400 Rimouskois, révèle que la population demeure très attachée à la cathédrale et veut préserver le bâtiment.

La grande majorité des répondants croient qu'il serait acceptable que la cathédrale ait aussi une vocation communautaire (94 %) ou culturelle (92 %). Les options d'en faire une bibliothèque ou une salle de spectacles sont parmi les plus populaires.

Délai de 3 mois pour préserver la cathédrale comme lieu de culte

Selon l'historien Kurt Vignola, qui a chapeauté les consultations publiques, l'option la plus « désirable », d'un point de vue patrimonial, est de préserver le bâtiment uniquement comme lieu de culte.

Cependant, cette option est difficilement viable, selon lui. C'est pourquoi il propose un délai de trois mois pour penser à un projet de restauration qui inclurait le culte, après quoi les projets de conversion devront être mis de l'avant.

Le projet qui sera retenu devra toutefois être financé autrement que par une campagne populaire, puisque la moitié des répondants au sondage ne sont pas prêts à contribuer financièrement la restauration et la rénovation de la cathédrale.

Accueil favorable

La trentaine de personnes présentes à la présentation ont accueilli favorablement les résultats de la consultation.

Le président du Regroupement diocésain pour la sauvegarde de la cathédrale, Jacques Landry, a salué l'impartialité du travail de Kurt Vignola. Il ajoute que son équipe poursuivra ses démarches pour favoriser le maintien de la cathédrale comme lieu de culte, puisque « c'est le souhait des Rimouskois ».

De son côté, le président de la Fabrique Saint-Germain, Normand Lavoie, a réitéré que la cathédrale représente un gouffre financier pour la Fabrique.

L'archevêque du diocèse de Rimouski, Mgr Denis Grondin, n'était pas présent lors de la présentation des résultats de la consultation. Au moment d'écrire ces lignes, il n'avait pas retourné nos appels.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine