Incapable d'éradiquer un champignon qui attaque ses tomates depuis cinq ans, les Serres Jardins-Nature de New Richmond prennent la décision de vendre leurs installations conçues pour la production biologique.

Un texte de Léa Beauchesne avec la collaboration de Geneviève Génier-Carrier

Le verticillium mène la vie dure à l’entreprise de la baie des Chaleurs. En obstruant les canaux dans lesquels circule la sève, le champignon entraîne le dessèchement des plants de tomates.

Après s’être battue pendant plusieurs années pour tenter de vaincre ce parasite, Serres Jardins-Nature manque maintenant de liquidité et tente de trouver un investisseur. Le président Christian Côté espère de tout cœur que le producteur poursuive ses activités.

Lueur d’espoir

L’an dernier, les gestionnaires étaient certains d’avoir trouvé la solution à cette tare. Après avoir changé complètement les sols dans lesquels les tomates prennent racine, le champignon leur avait donné un peu de répit.

Christian Côté affirme que des solutions pointent à l’horizon, mais que pour les mettre en œuvre, il faut maintenant des ressources financières. « C'est pour ça qu’avec la Financière agricole et le Fonds de solidarité FTQ, on a décidé de mettre les serres en vente » précise le président.

Les Serres Jardins-Nature produisent 600 000 kilos de tomates biologiques par année, ce qui en fait l’un des plus importants producteurs au Canada. L’entreprise emploie une vingtaine de personnes.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une crampe musculaire vraiment intense





Rabais de la semaine