Retour

Les Services parajudiciaires autochtones saluent leur nouveau mandat

Les Services parajudiciaires autochtones saluent leur nouveau mandat, confié par Québec, d'accompagner les femmes qui souhaitent déposer des plaintes à l'endroit de policiers.

Sur la Côte-Nord, l'organisme est présent notamment à Uashat-Maliotenam, Pessamit, et Schefferville. Des victimes pourront communiquer avec ce service, qui acheminera les plaintes au Service de police de la Ville de Montréal.

Le vice-président des Services parajudiciaires autochtones du Québec, Jean Jolicoeur, espère que cela permettra d'offrir une nouvelle avenue aux femmes autochtones.

Il estime que son organisme a permis d'établir un lien de confiance avec les communautés depuis 35 ans.

Femmes autochtones du Québec réclame un groupe indépendant

De son côté, l'organisme Femmes autochtones du Québec est insatisfait des mesures proposées par Québec et critique la décision du gouvernement provincial de confier ce mandat au Service de police de la Ville de Montréal.

L'organisme réclame la mise en place d'un groupe indépendant de toute institution policière pour enquêter sur des allégations d'abus de pouvoir et d'agression sexuelle par des policiers. 

« Que ces gens-là qui vont être dans cette enquête puissent être d'une neutralité ou aient une connaissance de ce qu'est la discrimination, de ce qu'est le racisme envers les Premières Nations »,  demande Vivianne Michel.

D'après les informations de Charles-Alexandre Tisseyre

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine