Retour

Les tours de la Seconde Guerre mondiale de Sainte-Flavie

Elles font partie du paysage du Bas-Saint-Laurent depuis des décennies. Les deux tours de guet situées aux extrémités de la municipalité de Sainte-Flavie suscitent la curiosité. Peu de gens se souviennent toutefois qu'elles ont joué un rôle essentiel dans la formation des pilotes lors de la Seconde Guerre mondiale.

D'après le reportage d'Isabelle Damphousse

C'est au sommet de ces tours que les officiers responsables de la formation à l'école de bombardement et de tir de Mont-Joli ont surveillé les manoeuvres de vol et de tirs de leurs élèves.

Les élèves, qui provenaient des pays du Commonwealth, sont allés par la suite au front pour combattre les troupes d'Hitler au moment où elles gagnaient du terrain en Europe.

Ces tours de guet sont les derniers vestiges de cette époque, à l'exception d'un bunker où l'on entreposait des munitions et de quelques résidences de militaires.

Au fil des ans, elles sont devenues des résidences secondaires de vacanciers de la ville en quête de bord de mer.

C'est autour d'une bonne tablée que l'ancienne députée de la région et actuelle mairesse de Mont-Joli, Danielle Doyer, son amie Agathe Lévesque, qui est conseillère municipale à Sainte-Flavie, et son conjoint, Gaétan Dubé, ont décidé de faire l'acquisition d'une des deux tours.

« J'avais lu les articles qui concernaient la tour de guet. J'ai trouvé que c'était tellement intéressant et me suis dit pour une fois que ce sont des gens du coin qui peuvent l'acheter, il faut peut-être le faire », explique Danielle Doyer.

Le bâtiment militaire est devenu un petit nid douillet.

Résister aux marées

Jusqu'ici, cette tour a résisté aux assauts du fleuve. Elle a même tenu le coup lors des grandes marées de décembre 2010.

Sa construction, sa fondation en béton et ses boulons reliés à des câbles extérieurs ajoutés après la fin de la guerre par d'anciens propriétaires l'ont aidée à résister à la force des vagues.

« La tour est presque dans la mer. Ce qu'on va devoir faire, c'est de la recharge de plage pour amortir la vague pour éviter qu'elle soit brisée. Peut-être, dans un avenir plus lointain, qu'elle soit déménagée », explique Agathe Lévesque.

En attendant, les tours de guet de Sainte-Flavie peuvent compter sur les bons soins de leurs gardiens, qui souhaitent maintenant faire connaître leur histoire oubliée au fil des décennies.

Plus d'articles