La construction de deux usines de granules à Causapscal et à Saint-Jean-de-Dieu se fait encore attendre. Près de deux ans après l'annonce de l'implantation des usines par la Compagnie canadienne de Biopellets, peu d'informations filtrent sur la concrétisation du projet.

Un texte de Julie Tremblay

Que ce soit au centre local de développement des Basques, dans les MRC ou dans les municipalités concernées, personne ne semble savoir quand pourrait commencer la construction des deux usines.

À Saint-Jean-de-Dieu, un emplacement aurait été ciblé, mais le maire, Alain Bélanger, refuse de le révéler et affirme qu'il n'a pas de nouvelles depuis plusieurs semaines. Il nous renvoie à la MRC des Basques, où le préfet, Bertin Denis, dit que « le projet n'est pas mort », sans vouloir en dire davantage. À Causapscal, l'administration municipale a offert un terrain et un congé de taxes au promoteur il y a plusieurs mois mais depuis, c'est le silence radio :

Le maire de Causapscal ajoute que s'il n'a pas de nouvelles d'ici un an, il offrira le terrain prévu pour l'implantation de l'usine à un autre promoteur.

Le projet de la Compagnie canadienne de Biopellets prévoit l'implantation de deux usines de granules, l'une à Causapscal, dans la vallée de la Matapédia, et l'autre à Saint-Jean-de-Dieu, dans les Basques. Le projet créerait une centaine d'emplois et nécessiterait des investissements d'environ 100 M $.

Le Syndicat des producteurs forestiers retiré du dossier

Après avoir annnoncé plusieurs fois le report du projet, le Syndicat des producteurs forestiers affirme maintenant qu'il s'est retiré du projet et que l'annonce de l'implantation de ces deux usines a été faite beaucoup trop vite.

De son côté, le promoteur, Jean-Paul Vieslet, qui avait accepté de répondre à nos questions par courriel il y a quelques semaines, n'a plus répondu à nos messages.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine