Retour

Logement pour les aînés : vaste étude sur la Côte-de-Gaspé

En Gaspésie, le vieillissement de la population est une réalité bien présente. Une étude vient de faire le point sur la situation du logement des aînés de la Côte-de-Gaspé. Résultats, les ressources ne sont pas toujours au rendez-vous et plusieurs aînés ignorent quels sont les services mis à leur disposition.

Un texte de Joane Bérubé

L'étude, intitulée « Être bien chez soi à tout âge », a été réalisée par la chargée de recherche, Nadine Guilbert, pour le compte du Comité de lutte à la pauvreté et à l'exclusion sociale de la Côte-de-Gaspé.

Cette recherche vise à favoriser le maintien de l'autonomie des aînés dans leur milieu de vie ainsi qu'à déterminer les conditions d'accès à un logis dans leur milieu d'appartenance.

Nadine Guilbert a ainsi discuté avec 147 personnes, dont 90 aînés et des proches, à savoir quelles étaient les conditions qui permettaient aux aînés de demeurer à la maison ainsi que les choix qui s'offraient à eux. La travailleuse communautaire s'est aussi intéressée aux éléments qui caractérisent une vieillesse active.

Information et disponibilité

Un des premiers constats de Mme Guilbert est que les ressources de services et d'hébergement pour les aînés sont inégalement réparties sur le territoire de la Côte-de-Gaspé. Certains secteurs sont bien pourvus tandis que les ressources sont absentes ailleurs.

La disponibilité est aussi un problème. « La plupart des lieux d'hébergement sont remplis et il y a des listes d'attente importantes », ajoute-t-elle.

Plusieurs aînés se sentent donc dépourvus et ne savent pas où ils iront lorsque sera venu le temps de vendre leur maison.

C'est le cas surtout, selon Mme Guilbert, des personnes plus vulnérables qui ont plus de difficultés et ont justement besoin de plus de soutien pour préserver leur autonomie. « Je voyais que c'était des éléments qu'ils connaissaient moins, comment ça fonctionne, où je peux aller pour m'informer, qu'est-ce qui s'offre à moi? », raconte Mme Guilbert.

Les aînés de la Côte-de-Gaspé sont par ailleurs très attachés à leur patelin. C'est aussi un sujet d'inquiétude puisque des aînés craignent être obligés de quitter leur village en vendant leur maison.

Même si les services sont généralement de très bonne qualité, Mme Guilbert a aussi observé une grande pénurie de personnel autant dans le réseau public que communautaire ou privé, selon la chercheuse. Et, ajoute-t-elle, les services existants sont souvent concentrés dans certains lieux comme Gaspé, Grande-Vallée ou Rivière-au-Renard.

Soutien et nouvelles ressources

Les infrastructures et structures de la Côte-de-Gaspé sont en général peu adaptées aux ainés. Ainsi, l'accès au transport est aussi un élément clé dans la prestation de services et le maintien de l'autonomie. C'est aussi un défi sur le vaste territoire de la Côte-de-Gaspé.

La chargée de projet note que le réseau social peut faire une grande différence dans le maintien ou non à domicile d'une personne âgée.

Parmi les aînés qui vivent à domicile, plusieurs craignent de s'ennuyer en résidence. La chargée de projet relève d'ailleurs que les aînés qui vivent en résidence ont peu de contact avec l'extérieur. Elle recommande qu'il ait plus d'animation pour les personnes âgées et des activités pour favoriser les rencontres entre ceux-ci

La chargée de recherche souligne aussi que d'autres modèles de logements pour les aînés seraient à explorer.

Nadine Guilbert propose par ailleurs de favoriser les services de proximité et de développer le soutien à domicile. Elle suggère aussi un meilleur partage des ressources sur le territoire et une centralisation de l'information aux ainés.

Les résultats ont été remis au Comité de lutte à la pauvreté et à l'exclusion sociale de la Côte-de-Gaspé. Un résumé de l'étude a été présenté au conseil des maires il y a deux semaines. Des rencontres sont prévues cet automne pour donner une suite aux recommandations.

Une étude semblable, qui s'étendra sur deux ans, est en cours dans la MRC d'Avignon avec le soutien du Centre d'initiation à la recherche et d'aide au développement durable (CIRADD) de Carleton-sur-Mer.

Plus d'articles

Commentaires