Retour

Maintenir les petites écoles pour favoriser la persévérance scolaire

Le maintien des petites écoles est parmi les pistes d'actions qu'entend mettre de l'avant la Commission scolaire des Monts-et-Marées pour favoriser la persévérance scolaire.

Un texte de Joane Bérubé

De plus en plus, l’école se redéfinit comme un service de proximité, selon la directrice de la Commission scolaire Monts-et-Marées, Marthe Émond. C’est d’ailleurs ce qui est ressorti, entre autres éléments d’action, lors d’une rencontre sur la persévérance scolaire qui a réuni l’automne dernier les commissions scolaires du Bas-Saint-Laurent. Des actions que la commission scolaire qui couvre les territoires de la Matanie et de la Matapédia entend bien mettre de l'avant.

« Ce qu’on se dit, explique Mme Émond, c’est lorsqu’une école est le plus près possible de la famille, il y a une intervention de présence des parents, des intervenants du milieu une implication plus engagée du milieu et effectivement lorsque le milieu s’implique, encadre, soutient l’école ça amène de meilleurs résultats, une meilleure persévérance scolaire. »

La présidente des Monts-et-Marées, Céline Lefrançois, renchérit : « Même, les petits secondaires de village, c’est important qu’ils puissent rester chez eux. » Il ne reste cependant que deux écoles de niveau secondaire dans les villages desservis par la commission scolaire, soit à Baie-des-Sables et à Saint-Ulric. Mme Lefrançois admet que ce n’est pas facile.

Les écoles de l’est de la Matanie sont toujours à risques, relève-t-elle. Les villages de Saint-Luc, de Saint-Adelme, de Saint-Léandre sont toujours à surveiller en Matanie. « Des fois il faut investir davantage dans ces coins-là », souligne Mme Lefrançois.

La commission scolaire travaille de plus en plus avec les communautés et les municipalités pour voir au maintien de ces établissements. Mme Lefrançois cite en exemple le village de Saint-Léandre où le comité a même fait du porte à porte pour convaincre les parents d’inscrire leurs enfants à l’école du village.

Les commissions scolaires peuvent maintenant compter sur une aide gouvernementale pour favoriser le maintien des écoles de village. Reste que cela prend un minimum de six élèves pour maintenir une classe regroupant les trois premiers niveaux du primaire et six autres élèves pour une classe regroupant les trois derniers niveaux. Une école peut demeurer ouverte et n’offrir qu’une seule classe .

Les inscriptions dans les écoles primaires et secondaires se termineront le 28 février.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine