Retour

Maison de René-Lévesque : un circuit réalisé sans la maison

Les membres de la Fondation René-Lévesque se sont fait une raison depuis des années. La maison d'enfance René-Lévesque à New Carlisle ne fera pas partie de l'Espace René-Lévesque.

Un texte de Joane Bérubé avec la collaboration de Léa Beauchesne

Le président de la Fondation, Louis Bernard, souligne que le projet est né, il y a plusieurs années, devant l'impasse que représentait l'acquisition du bâtiment historique.

Sa fondation, rappelle-t-il, s’appelle la Fondation de la Maison René-Lévesque parce qu’au départ l’organisme souhaitait sauvegarder le bâtiment. « Mais, poursuit M. Bernard, on n’a pas pu s’entendre d’aucune façon ni avec le propriétaire actuel ni pour avoir un dossier clair avec le ministère de la Culture dans les possibilités d’utiliser la maison. »

Louis Bernard avoue qu’il n’a jamais réussi à savoir exactement ce que le propriétaire, Denis Cloutier, voulait. « C’est ce qui fait que la Fondation a décidé d’acheter un terrain et de créer l’Espace René-Lévesque », ajoute-t-il. Le projet chemine et devrait être prêt à l’automne.

Hypothétique expropriation

Louis Bernard ne croit pas aux menaces du ministre de la Culture et des Communications, Luc Fortin, qui met en garde le propriétaire Denis Cloutier contre une possible expropriation.

Pour M. Bernard, la menace d’expropriation n’est pas une nouveauté. « Ça fait longtemps qu’on en parle. Ce n’est pas une chose facile, relève-t-il, quand il n’y a pas de raisons très, très utilitaires. »

Il estime que la maison a besoin de réparations majeures. « Il faudrait beaucoup de travaux pour la rendre accessible aux visiteurs », note le président de la Fondation de la Maison René-Lévesque.

L’organisme pourrait inclure éventuellement la maison dans le circuit qui est en cours de réalisation à New Carlisle. La maison est située à environ 400 mètres de l’Espace René-Lévesque. « Mais il s’agit d’un circuit autonome et ça ne change pas d’aucune façon nos plans et notre échéancier », souligne M. Bernard.

Le Cabinet du ministre confirme toutefois qu’une réelle menace d’expropriation plane sur le propriétaire, Denis Cloutier, puisque celui-ci refuse de réaliser les travaux nécessaires pour sauvegarder la maison.

Denis Cloutier est tenu, par la Loi sur le patrimoine culturel, de conserver le bâtiment en état. L'homme de New Carlisle a reçu une lettre du ministre Luc Fortin en février. Des discussions infructueuses en auraient résulté. Devant l'absence de progrès, un processus d'expropriation serait sur le point de s'enclencher.

La maison, située à New Carlisle, est classée bâtiment patrimonial.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine