Retour

Manic-5, de la Révolution tranquille à aujourd'hui

Hydro-Québec est en train de rehausser le niveau de l'eau du barrage de Manic-5 à son niveau maximal. Retour sur l'histoire de ce complexe hydroélectrique, bâti dans les années 60, symbole de la Révolution tranquille.

Un texte d'Alix-Anne Turcotti

Emplacement

La centrale Manic-5 est située sur la Côte-Nord, à 212 kilomètres de Baie-Comeau et de l'embouchure de la rivière Manicouagan.

Construction, 1959 et 1971

D'une superficie de 37 432 kilomètres carrés, Manic-5 est composé d'une centrale, d'un bâtiment de prise d'eau et d'évacuateurs de crues, de cheminées d'équilibre et du barrage Daniel-Johnson.

Mise en service de la centrale, 1970-1971

Le barrage de Manic-5 constitue le plus grand barrage à voûte et à contreforts au monde. En 1970, les installations de Manic produisent 1292 kilowatts d'hydroélectricité.

Manic-5 et les autres

Manic-5 fait partie du vaste complexe Manic-Outardes, construit entre 1959 et 1979. Les centrales Manic-1, Jean-Lesage (Manic-2), René-Lévesque (Manic-3), Outardes-2, Outardes-3 et Outardes-4 font aussi partie de ce vaste complexe.

Symbole

Aujourd'hui

Le barrage de Manic-5 fait, aujourd'hui partie du patrimoine culturel nord-côtier. Les installations sont visitées par près de 8000 personnes chaque année. Une nouvelle exposition sur l'histoire de Manic-5 a été inaugurée par Hydro-Québec en juin. Rappelons qu'une autre centrale, Manic-5 PA (pour puissance additionnelle), y a été construite au début des années 1990.

Triste anecdote 

Le premier ministre du Québec, Daniel Johnson, meurt subitement, alors qu'il devait inaugurer le barrage Manic-5, en 1968. Il était âgé de 53 ans.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque