Retour

Manifestation de la CSN à Sainte-Anne-des-Monts

En marge d'une assemblée générale, le Conseil central de la Gaspésie-Les Îles organise une manifestation à Sainte-Anne-des-Monts pour dénoncer les fusions en santé et les politiques du gouvernement libéral.

Un texte de Joane Bérubé

La manifestation doit se tenir à midi dans le stationnement du Tim Hortons de Sainte-Anne-des-Monts, en présence du président de la Centrale des syndicats nationaux (CSN), Jacques Létourneau.

Pour la vice-présidente de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS), Mélissa Gaouette, la réforme en santé est axée sur une centralisation des services dans de grands centres urbains, ce qui a d'importantes répercussions auprès des travailleurs et des malades dans une région comme la Gaspésie et les Îles. « Optilab, dit-elle, est un bon exemple, mais c'est plus large de ça. »

Outre la crainte sur les risques occasionnés par le transport des prélèvements, partagée par plusieurs critiques du projet Optilab, la CSN s'inquiète des impacts sur la main-d'œuvre.

La mise en place du projet entraînera le déménagement à Rimouski de plusieurs techniciens en laboratoire. « On craint que des gens décident de démissionner, de quitter la profession, plutôt que de déménager », explique Mme Caouette.

Optilab : réorganisation et compressions

À cette insécurité s'ajoute celle de ne pas savoir qui perdra son poste puisque, rappelle la vice-présidente de la FSSS, le projet Optilab prévoit une suppression de 20 % des heures actuellement travaillées en laboratoire.

Cette réorganisation doublée de compressions risque d'entraîner l'épuisement du personnel, selon Mme Caouette. Cette dernière croit que ces problèmes pourraient générer une pénurie de techniciens en laboratoires dans la région.

Un moratoire sur le projet est demandé tant par des élus que par des médecins spécialistes et des syndicats. « En plus, le gouvernement n'est pas en mesure de rassurer la population sur le sujet », souligne la vice-présidente de la FSSS.

Selon elle, le gouvernement ne s'est même pas assuré de la faisabilité du projet. Ainsi, elle rapporte que l'appel d'offres pour le système informatique du projet Optilab n'a pas encore été conclu.

Transfert des professionnels

La CSN dénonce aussi le transfert des professionnels, travailleurs sociaux, psychologues, ergothérapeutes, des CLSC vers les Groupes de médecine familiale (GMF). Les gens devront attendre plus longtemps pour rencontrer un de ses professionnels en CLSC puisqu'ils seront moins nombreux, selon Mélissa Gaouette.

Elle y voit le début du démantèlement des CLSC.

La CSN estime que le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, ne consulte pas du tout les acteurs du milieu de la santé. Les groupes de pression, comme la CSN, comptent sur l'échéance électorale et la mobilisation de la population pour infléchir le gouvernement.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque