Retour

Marcher pour l’eau, du Minnesota jusqu’à Matane

Vous les avez peut-être aperçus pendant qu'ils longeaient le fleuve Saint-Laurent, des marcheurs anichinabés sont de passage à Rimouski pour conscientiser la population à l'importance de l'eau comme source de vie.

Un texte d’Édith Drouin

Chaudière d’eau à la main, le groupe parcourt environ 60 kilomètres par jour depuis la fin avril. Le périple a commencé dans l’état du Minnesota aux États-Unis et se terminera à Matane au cours de la semaine.

L’initiative existe depuis plusieurs années sous le nom de Mother Earth Water Walk. Elle a été initiée au début des années 2000 par Josephine Mandamine, grand-mère d'origine anichinabée.

Il ne s’agit pas d’une manifestation, mais bien d’une cérémonie, comme l’explique l’une des grand-mères du groupe.

Le groupe qui a été formé d’une demi-douzaine à une vingtaine de personnes au cours du voyage commence à marcher à 3 h du matin.

Akisongideye Ikwe explique que la journée commence par une fumigation avec de la sauge pour que les marcheurs soient en bon esprit. Ils déposent ensuite du tabac sur le sol, en offre à la terre pour entre autres la remercier. Ils peuvent ensuite entreprendre leur marche au point où ils s’étaient arrêtés la veille.

« L’eau, c’est la vie »

L’argument du groupe de marcheurs pour inciter les gens à prendre conscience de l’importance de l’eau est simple : cette ressource sacrée est essentielle à la vie humaine.

La grand-mère se désole d’ailleurs d’avoir aperçu de nombreuses bouteilles d’eau jetables sur le bord du fleuve. Elle explique qu’il faut de trois à cinq litres d’eau pour produire une bouteille d’eau de 500 millilitres.

Akisongideye Ikwe encourage également la population à cesser de gaspiller l’eau, notamment pour ce qui est de l’arrosage des pelouses pendant l’été.

Plus d'articles

Commentaires