Retour

Marsoui se relève deux ans après le passage d'Arthur 

La municipalité de Marsoui se relève finalement de l'ouragan Arthur, plus de deux ans après son passage. Les dommages ont été importants : l'ouragan avait laissé une véritable cicatrice en plein milieu de la petite municipalité. Un phénomène qui a mis la patience des citoyens à rude épreuve.

Un texte de Jean-François Deschênes avec la collaboration de Léa Beauchesne

Une crevasse avait littéralement séparé en deux la municipalité de la Haute-Gaspésie.

Il aura fallu plus de deux ans de discussion et de préparation de devis avant que les travaux soient réalisés pour effacer les traces du passage d'Arthur.

Au final, la sécurité civile aura dépensé 2 millions et demi de dollars, rappelle le maire, Dario Jean, pour réparer tous les dommages liés à cette tempête. « C'est lourd pour une petite municipalité de 200 habitants avec une employée, et la directrice générale qui fait tout avec un employé municipal. Ç'a été très dur, mais on a passé au travers »

Trois maisons ont également dû être démolies après le passage d'Arthur.

Une ombre au tableau

Réjean Sohier a eu plus de chance que ses voisins qui ont dû faire démolir leur maison. La crevasse de 80 mètres de long s'est formée tout juste devant chez lui. Si sa maison a été épargnée, on ne peut pas en dire autant de son terrain à l'avant.

« Il y a une seule affaire que je déplore, moi, c'est qu'en avant de chez nous, ils n'aient pas respecté ce qu'ils étaient supposés [faire] : nous mettre de la pelouse. »

C'est la sécurité civile qui paie pour des travaux à la suite d'une catastrophe naturelle. Mais elle ne finance pas toujours la finition, qui n'est pas jugée essentielle, explique le maire Jean. « Ça représente quand même une dizaine de mille de dollars, finir ça en gazon tout ça. » 

Marsoui faire la finition à ses frais.

Pelouse ou non, M. Sohier et sa conjointe ont hâte de tourner la page sur cet épisode stressant pour eux.

Reste le quai 

Les problèmes liés à Arthur ne sont toutefois pas totalement réglés pour Marsoui. Le quai avait aussi été sérieusement endommagé. La Municipalité tente toujours de trouver les 100 000 $ nécessaires pour le remettre en état.

Plus d'articles