Retour

Mécontentement quant à l'entretien de la Route blanche

Des élus de la Basse-Côte-Nord s'insurgent contre les changements au contrat d'entretien de la Route blanche, proposés par le ministère des Transports du Québec (MTQ). Les contractants seront maintenant payés en fonction du nombre de jours d'ouverture de ce lien terrestre.

Les élus estiment que les nouvelles règles du MTQ mettent en péril la sécurité des résidents, car la Route blanche est utilisée même lorsqu'elle n'est pas officiellement ouverte à la circulation.

La directrice générale de la MRC du Golfe-du-Saint-Laurent, Karine Monger, déplore que le MTQ demande aux contractants de s'occuper du balisage, de l'entretien et de la surveillance des conditions de glace sans leur donner les moyens financiers pour assurer une surveillance quotidienne de chaque tronçon.

Le maire de Gros-Mécatina, Randy Jones, rappelle que la Route blanche est le seul lien terrestre entre les communautés isolées de la Basse-Côte-Nord. « Si ce n'est pas entretenu comme du monde, on va entendre parler de noyades et de toutes sortes d'affaires », craint-il.

La MRC du Golfe-du-Saint-Laurent s'est plainte au MTQ de ces modifications au contrat d'entretien de la Route blanche.

La Route blanche est restée fermée l'an dernier, mais des résidents du secteur l'ont tout de même empruntée, selon la MRC du Golfe-du-St-Laurent.

Avec les informations de William Phénix et Pierre Roberge

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?